Lu dans la presse
URL courte
Par
4551
S'abonner

La Russie a refusé de rejoindre l’Opep car ce ne serait pas bénéfique pour l’économie du pays, a déclaré le PDG du groupe pétrolier Rosneft Igor Setchine.

"Les négociations entre la Russie et l'Opep sont relativement positives et permettent un échange de points de vue. L'organisation avait même proposé à Moscou de rejoindre ses rangs", explique le président de Rosneft. Selon lui, l'une des raisons pour laquelle la Russie n'a pas adhéré à l'Opep est la différence de régulateurs et de milieux d'affaires. Dans les pays de l'Opep, l'exploitation pétrolière est la prérogative des compagnies publiques "alors que l'industrie pétrolière russe est privée, ce qui est atypique pour les pays de l'Opep".

Selon Igor Setchine, la Russie ne peut pas réguler rapidement la production pétrolière en raison de ses conditions climatiques particulières.

Par ailleurs, les conditions fixées par l'Opep n'étaient pas très bénéfiques pour la Russie. "Nous perdrions en flexibilité dans notre politique d'augmentation ou de réduction de la production parce que nous serions limités à un certain quota", a déclaré Ivan Kapitonov de l'Académie russe d'économie nationale et d'administration publique auprès du président russe.

Pour le président de Rosneft, "l'Opep a perdu ses fonctions de régulateur du marché" ces derniers temps. En effet, l'organisation ne parvient plus à remplir ses fonctions directes, selon les analystes russes. Aujourd'hui, les jeux spéculatifs sur le pétrole en bourse gênent son activité. Si l'Opep ne souhaite pas trouver de terrain d'entente avec la Russie, cette dernière peut toujours accroître la production.

Selon les prévisions du patron de Rosneft, l'exploitation de l'or noir en Russie dans un avenir prévisible pourrait atteindre 700 millions de tonnes par an. La Russie produit actuellement un peu plus de 520 millions de tonnes, sur un total de 1,7 milliard de tonnes de pétrole dans le monde.

"L'augmentation de la production pétrolière en Russie ne joue pas en faveur de l'Opep car les tarifs pétroliers actuels ne sont pas confortables pour l'organisation. Si un acteur augmentait significativement l'exploitation du pétrole, son prix continuerait de descendre", estime Ivan Kapitonov, de l'Académie russe d'économie nationale.

Et le chiffre de 700 millions de tonnes par an ne paraît pas inatteignable. "Il est possible d'arriver à ce niveau mais uniquement en utilisant des technologies de pointe pour intensifier la production afin d'augmenter le coefficient d'extraction du pétrole des puits", a dit l'expert.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Chute des cours du pétrole: Moscou pourrait réduire sa production
Pétrole: Washington doit faire remonter les cours coûte que coûte
OPEP: le pétrole bon marché, une stratégie gagnante?
OPEP: les bas prix du pétrole jusqu'à la fin de l'année
Tags:
pétrole, OPEP, Rosneft, Igor Setchine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook