Ecoutez Radio Sputnik
    Les drapeaux de l'Union européenne et le signe de l'euro

    Monese, une banque pour migrants et expatriés

    © Photo. EU official website
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    0 162048

    Aujourd'hui en Grande Bretagne a ouvert Monese, la première banque où migrants et expatriés peuvent ouvrir un compte sans passer par les exigences supplémentaires ou les difficultés bureaucratiques qu'ils rencontrent normalement dans les établissements classiques.

    La nouvelle société financière Monese, qui a reçu la licence du régulateur financier britannique FCA, promet à ses clients indépendamment de leur citoyenneté l'ouverture immédiate d'un compte bancaire via une application mobile, une interface pratique pour effectuer des paiements, des commissions basses et une carte de débit sans contact. Cette start-up a été fondée par Norris Koppel, originaire d'Estonie, qui explique avoir été confronté à des difficultés bureaucratiques en voulant ouvrir un compte bancaire au Royaume-Uni.

    Pour que la demande soit recevable auprès de Monese, il faut être majeur, vivre dans un pays de l'Espace économique européen (pays de l'UE, Norvège, Islande, Lichtenstein), envoyer la première page de son passeport et sa photo. La société rapporte avoir déjà une liste d'attente de 55 000 clients préenregistrés. Monese promet que ses clients pourront effectuer des paiements non seulement en Grande-Bretagne, mais aussi en dehors du pays, et que les transferts entre les clients de la banque seront gratuits. Les régulateurs ont imposé à Monese certaines restrictions: la société ne peut pas délivrer de crédits ni ouvrir de comptes de dépôt. Conformément à la classification du FCA, cette société financière s'appelle "compagnie pour le traitement numérique d'argent". Malgré les restrictions, en mai la start-up a réussi à attirer des investissements à hauteur de 1,8 million de dollars des sociétés d'investissement Seedcamp et Spotify. Hormis Norris Koppel, la nouvelle société emploie des anciens collaborateurs d'organisations comme Skype et la Royal Bank of Scotland.

    Lire aussi:

    En pleine crise migratoire, l'Onu coupe ses budgets
    Migrants: une invasion soutenue ?
    Hollande: aucun pays européen "ne peut s'exonérer" de l'accueil des réfugiés
    Fabius: la crise des réfugiés met en cause la raison d'être de l'Europe
    Tags:
    migrants, euro, banques
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik