Ecoutez Radio Sputnik
    terroriste d`Etat islamique

    Les Etats-Unis décrètent des sanctions contre Daesh dans le Caucase du Nord

    © REUTERS/ Thaier Al-Sudani
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    11944511

    Le gouvernement américain a annoncé l'adoption de sanctions contre des individus et des organisations associés à l'État islamique (EI), notamment sa branche dans le Caucase du Nord et son leader Roustam Asselderov.

    Les États-Unis considèrent la lutte contre l'organisation terroriste État islamique comme leur tâche prioritaire. Le président américain Barack Obama a clairement fait comprendre que la chasse était ouverte.

    "On ne peut pas permettre l'existence d'un culte apocalyptique tel que l'État islamique. Les USA utiliseront la force militaire dans le cadre d'une large coalition pour combattre cette organisation", a notamment déclaré le chef de l'État américain.

    Les hauts fonctionnaires de Washington n'ont pas tardé à prendre des mesures.

    Pour sa part, le Trésor américain a décrété des sanctions contre des individus et des organisations associés à l'État islamique, notamment contre sa branche dans le Caucase du Nord.

    La liste des sanctions inclut des individus originaires du Daghestan et de Tchétchénie, où plusieurs groupes terroristes ont prêté allégeance à l'EI.

    On y retrouve également Roustam Asselderov, leader de l'EI dans le Caucase du Nord, recherché depuis plusieurs années en Russie pour des crimes terroristes. La liste comprend également au moins un individu originaire de Tchétchénie. Pratiquement toutes les organisations frappées par les sanctions américaines étaient impliquées dans les guerres de Tchétchénie, la capture d'une maternité où elles avaient pris en otage des femmes enceintes, ou encore dans la prise d'otages à l'école de Beslan qui avait coûté la vie à des centaines d'enfants. Elles ont également fait exploser des immeubles résidentiels. La Russie combat depuis longtemps ces bandes criminelles, que l'Occident refusait jusqu'ici de reconnaître comme criminelles.

    Cela ne semble plus être le cas aujourd'hui. L'EI a dû frapper à la porte de Washington pour que la Maison blanche change son point de vue.

    Lire aussi:

    Pentagone: Moscou doit se rallier à l’approche US en Syrie
    Syrie: 54% des Français pour une alliance avec Assad face à Daech
    Syrie: les militaires US en contact avec leurs collègues russes
    Tags:
    Etat islamique, Barack Obama, Caucase du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik