Ecoutez Radio Sputnik
    Forces armées en Afghanistan, Septembre 29, 2015.

    Le Pentagone a gaspillé des milliards USD en Afghanistan, en Irak et en Syrie

    © REUTERS/ Stringer
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    44146472

    Le programme américain de préparation des forces armées au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Asie du Sud a échoué, et des milliards de dollars ont été gaspillés.

    Le New York Times remet en question l'efficacité du programme, mais les experts doutent que le Pentagone mette fin à la campagne et suspende la coopération militaire pour autant.

    En mai 2014, à West Point, le président américain Barack Obama avait qualifié le programme de préparation des forces étrangères de "tâche clé": Washington avait décidé de ne pas envoyer de grands contingents dans les régions instables, mais, à la place, de déployer un nombre réduit de conseillers et d'instructeurs militaires.

    Cependant, le programme a échoué: le Pentagone a dépensé 25 milliards de dollars pour la préparation de militaires irakiens, 65 milliards pour la création d'une armée et de forces policières en Afghanistan et 500 millions de dollars pour le programme de formation des recrues syriennes. Leur réalisation bute constamment sur leur mauvaise administration et l'absence de la volonté politique des partenaires.

    "Nos exploits dans la mise en place de forces de sécurité ces 15 dernières années ne sont pas réjouissants", a reconnu l'ex-militaire et ambassadeur des USA en Afghanistan Karl Eikenberry. Le programme irakien a été fermé sous le premier ministre Nouri al-Maliki car Bagdad avait envoyé bien moins de recrues que prévu, et que les policiers et soldats chiites ont quitté l'armée pour partir en Europe avec les réfugiés. Dans la province irakienne d'al-Anbar, la situation est si difficile que les troupes des rebelles chiites ont dû être renforcées avec des sunnites, mais les unités se sont retranchées dans les régions sûres et préfèrent éviter d'entrer dans de grandes confrontations avec les terroristes de l'État islamique. L'unique réussite des USA en Irak est la préparation des troupes kurdes, qui affichent les meilleurs succès dans la guerre contre les extrémistes.

    600 millions de dollars ont été alloués à la lutte contre la menace islamiste dans le nord-ouest de l'Afrique — du Maroc au Tchad. Les militaires maliens ont été, pendant longtemps, des partenaires exemplaires, jusqu'à ce que les rebelles aguerris dans les combats libyens ne reviennent en 2012 pour défaire l'armée locale, y compris les unités préparées par les militaires américains. Les forces antiterroristes du Yémen ont été dissoutes quand les rebelles Houthis ont pris le contrôle de la capitale. La semaine dernière, le Pentagone a annoncé la suspension de l'admission de recrues de Syrie et de Turquie volontaires pour combattre l'État islamique.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Il est un peu trop tôt pour parler d'une «victoire totale sur Daech» en Irak
    Les Irakiens sont contre toute base militaire étrangère, y compris US, dans leur pays
    Irak: le fossé entre Chiites et Sunnites aboutirait à la création d’un «nouveau Daech»
    Tags:
    armée, Karl Eikenberry, Syrie, Irak, Afghanistan, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik