Ecoutez Radio Sputnik
    Des enquêteurs militaires russes vérifient des débris de l`avion A321, Egypte, Novembre 1, 2015

    Crash en Égypte: si c'était un attentat, il visait Moscou et le Caire

    © REUTERS / Mohamed Abd El Ghany
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    1267

    Les autorités égyptiennes ont éliminé hier l'un des leaders de l'organisation terroriste Ansar Baït al-Maqdis, liée à l’État islamique (EI) qui sévit en Irak et en Syrie.

    L'Occident pense que ce groupuscule est responsable de la catastrophe de l'Airbus russe dans le Sinaï le 31 octobre. Les experts affirment que si cet accident était effectivement un attentat, ses auteurs cherchaient à attaquer la Russie tout autant que les autorités égyptiennes. Compte tenu des relations hostiles entre le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et les Frères musulmans, interdits en Égypte, ainsi que l'éventuelle adhésion du Caire à la lutte contre l'EI, cette version paraît tout à fait plausible.

    Les autorités égyptiennes ont donc fait un pas en avant dans leur lutte contre les islamistes d'Ansar Baït al-Maqdis, groupuscule terroriste qui a prêté allégeance à l'EI, en tuant l'un de ses chefs, Ashraf Hassanein al-Gharabli. Selon les forces de sécurité égyptiennes, il était impliqué dans l'organisation d'une série d'attentats, y compris contre des civils et des touristes étrangers.

    L'élimination de l'un des terroristes les plus recherchés dans le pays coïncide avec l'enquête sur le crash de l'avion de la compagnie russe Metrojet (Kogalymavia) dans le Sinaï. En Russie, la piste "terroriste" restait favorisée hier — tout comme en Occident où l'on parle d'un attentat. Le journal britannique Times désigne même les suspects: selon les sources du journal au gouvernement, l'attentat aurait été précisément perpétré par Ansar Baït al-Maqdis, qui s'est proclamé Wilayat Sinaï — Province du Sinaï, la "branche du Sinaï" de l'EI.

    Alexandre Ignatenko, directeur de l'Institut de la religion et de la politique, est convaincu que toute conclusion concernant la participation directe de Wilayat Sinaï à la préparation de cet attentat potentiel est prématurée: "La situation concernant les terroristes qui combattent dans le Sinaï n'est pas si claire. Les membres de cette organisation auraient pu organiser cet attentat, mais aussi ses agents — qui coopèrent directement ou indirectement avec Wilayat Sinaï.

    Parmi ces "agents", l'expert pense aux adversaires clés du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi: les Frères musulmans écartés du pouvoir après le coup d'État en 2013.

    Si l'avion russe s'était bien écrasé suite à un attentat, ceux qui l'auraient fomenté auraient pu vouloir viser non seulement la Russie, mais aussi les autorités égyptiennes. Alexandre Ignatenko pense que la version "terroriste" du crash dans le Sinaï pourrait aussi s'expliquer par les plans de faire adhérer l'Égypte aux efforts internationaux pour combattre l'EI. Rappelons que Moscou insiste également sur l'adhésion du Caire à ce processus.

    Lire aussi:

    Poutine suspend les vols à destination de l'Egypte
    La France suspend ses vols à destination de Charm el-Cheikh
    Une explosion dans les airs, possible cause du crash de l'A321, selon les analyses
    Les USA proposent leur assistance à l'enquête sur le crash du А321
    Tags:
    terrorisme, Airbus A321, Kogalymavia (Metrojet), Etat islamique, Egypte, Sinaï
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik