Lu dans la presse
URL courte
Par
9184
S'abonner

Dans une lettre à la Commission européenne, le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et son homologue allemand Thomas de Maizière appellent à renforcer d'urgence les pouvoirs de Frontex afin de contenir l'afflux de réfugiés sur le Vieux Continent.

Bernard Cazeneuve et Thomas de Maizière ont écrit cette lettre comme un geste de désespoir face aux événements de ces derniers jours, qui montrent que l'unité de l'UE éclate en morceaux sous la pression de la crise migratoire. Les militaires autrichiens ont lancé lundi la construction d'une clôture de 2,2 m de haut sur 3,7 km des deux côtés du poste de contrôle de Spielfeld à la frontière slovène.

Ce genre d'initiative n'étonne plus personne aujourd'hui en Europe — et en particulier dans les Balkans. De telles barrières ont également été érigées en Espagne, en Grèce ou encore en Hongrie. Mais l'annonce du début de la construction de la clôture autrichienne a marqué une nouvelle étape de la crise: c'est la première fois qu'on érigeait une clôture entre deux membres de l'espace Schengen.

Les autorités autrichiennes ont pris cette décision non pas pour se protéger des Slovènes mais face à la vague de migrants qui s'étend en Europe via les Balkans. Les réfugiés d'Asie et d'Afrique sont surtout attirés par l'Allemagne, où 965 000 nouveaux migrants ont été enregistrés depuis le début de l'année. La plupart d'entre eux étaient passés par l'Autriche.

Vienne s'attend à ce que, d'ici la fin de l'année, le nombre de migrants souhaitant rester en Autriche approche des 100 000 personnes.

L'espace Schengen réunit 26 États européens qui ont levé entre eux tout contrôle à la frontière — il ne s'effectue plus qu'aux frontières extérieures. Entre la Slovénie et l'Autriche, il ne devrait donc y avoir ni contrôle, ni barrière, ni restriction d'aucune sorte.

Mais l'Autriche en a eu assez d'être une "cour de passage" et a décidé en octobre d'enfreindre les accords de Schengen et d'ériger une clôture dans la zone la plus sollicitée de la frontière. La décision des autorités n'a pas été affectée par le rapport des services européens indiquant qu'en novembre, le flux de réfugiés s'était significativement réduit.

La Slovénie, pour sa part, ne s'attend pas à une réduction du flux migratoire. Ljubljana évoque au contraire la nécessité de construire un mur de béton à la frontière avec la Croatie, qui s'apprête seulement à entrer dans l'espace Schengen.

Lire aussi:

Orban dévoile un accord semi-secret pour relocaliser 500.000 réfugiés dans l'UE
Les immigrés allemands ne souhaitent pas plus de migrants
La Macédoine érige une clôture à sa frontière avec la Grèce
La Turquie se réfugie derrière l’Otan pour justifier l’attaque contre l’avion russe
Tags:
crise migratoire, réfugiés, Bernard Cazeneuve
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook