Ecoutez Radio Sputnik
    Barack Obama

    Barack Obama n'a pas tenu ses promesses au Congrès

    © REUTERS / Kevin Lamarque
    Lu dans la presse
    URL courte
    Rossiïskaïa gazeta
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    4121

    Contrairement à ses engagements et à la loi, l'administration Obama n'a pas présenté à temps sa stratégie de lutte contre Daech au Congrès.

    Le budget militaire 2016 des États-Unis, signé par Barack Obama, obligeait l'administration américaine à présenter au Congrès sa stratégie au Moyen-Orient — y compris les mesures concrètes visant à éliminer Al-Qaïda et Daech — au plus tard le 15 février 2016. Les congressistes n'ont pourtant reçu aucun document de ce genre.

    Mac Thornberry, chef du comité pour les forces armées de la Chambre des représentants, n'a pas caché son indignation: "Il n'est pas étonnant que l'administration n'ait pas pu expliquer sa stratégie de lutte contre les extrémistes au Moyen-Orient. A mon avis, le fait que le président n'ait pas respecté ses engagement explique sa stratégie mieux que tous les propos vides qu'il aurait pu tenir à la tribune du Congrès".

    Les experts rédigent déjà le projet de budget militaire 2017, dans le cadre duquel le Pentagone exige de "nouveaux moyens pour combattre les adversaires" des USA. "Sans stratégie, c'est la même chose qu'abandonner nos troupes dans le désert avec une boussole mais sans carte", juge Mac Thornberry. Il estime que les actions de la Maison blanche se sont soldées par une nouvelle "occasion ratée d'assurer le travail commun de l'administration et du Congrès contre cette menace".

    Les congressistes du Parti républicain — majoritaires aux deux chambres du Congrès — critiquent régulièrement la politique de la Maison blanche dans le domaine de la lutte contre Daech en Syrie: ils soulignent son manque de fermeté et de réactivité, affirment la nécessité d'exiger le départ du président Bachar al-Assad, de renforcer le soutien militaire à l'opposition, de créer des zones d'exclusion aérienne et de résister plus activement aux opérations russes contre les combattants syriens. En marge de la Conférence sur la sécurité, qui s'est déroulée à Munich le week-end dernier, John McCain, sénateur républicain et chef du Comité pour les forces armées du Sénat, a lui aussi critiqué de manière très ferme l'approche du règlement de la crise syrienne et la lutte contre Daech par la Maison blanche.

    Début février, le Pentagone a présenté son projet de budget militaire 2017 prévoyant notamment de doubler les dépenses affectées à la lutte contre Daech pour les porter à 7,5 milliards de dollars, dont 1,8 milliard pour l'achat de bombes de haute précision munies de système GPS et de missiles à guidage laser.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Al-Monitor: Washington et Riyad ne tirent pas les leçons de leurs erreurs passées
    Trois unités soutenues par les USA passent du côté de Bachar el-Assad
    L’Otan engage ses AWACS dans des opérations anti-EI en Syrie
    Bavure en Syrie: les USA veulent faire porter le chapeau à la Russie
    Tags:
    budget militaire, présidence américaine, Congrès des États-Unis, Al-Qaïda, Etat islamique, Mac Thornberry, Barack Obama, Proche-Orient, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik