Lu dans la presse
URL courte
Par
Traité de libre-échange transatlantique (TTIP) (72)
13648
S'abonner

Le 12e cycle de négociations entre les USA et l'UE sur le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP) vient de s'achever à Bruxelles.

Prévue d'abord pour fin 2014, la signature de l'accord avait été reportée à 2016 après une vague de protestations et de questions sur la perspective d'un libre-échange transatlantique. Cette année pourrait être décisive.

A en juger par des fuites au sein de la Commission européenne, les négociations semblent être entrées dans leur dernière ligne droite. Les acteurs des pourparlers auraient choisi de s'attaquer d'abord aux points les plus simples avant de s'atteler aux questions compliquées. Il reste peu de temps: le texte consolidé de l'accord doit être prêt d'ici juillet car sinon, le document ne pourrait pas être adopté sous le mandat de l'actuel président américain Barack Obama, l'un des principaux architectes de ce plan.

Des manifestations contre le TTIP ont également été organisées dans les rues de Bruxelles pendant les pourparlers: ceux qui s'opposent à cet accord le jugent en effet "antidémocratique", "hostile envers les consommateurs" et "bénéfique uniquement pour l'Amérique". Une pétition signée par près de 3,3 millions d'Européens a ensuite été remise au président du Parlement européen Martin Schulz.

Malgré les affirmations selon lesquelles la levée des barrières commerciales avec les USA, l'unification des standards et des règles de certification seraient plus que bénéfiques pour l'UE, les Européens craignent une baisse des normes écologiques et de la qualité des produits. Ils redoutent aussi l'arrivée, dans le sillage des marchandises américaines en Europe, des méthodes américaines d'espionnage des individus — comme le laisse craindre l'opacité des négociations.

Le ministère russe des Affaires étrangères s'interroge sur les véritables objectifs des mesures de précaution élevées qui entourent les négociations, dans la mesure où "seul un groupe réduit d'individus sous la surveillance d'agents spéciaux et ayant signé une clause de confidentialité peut prendre connaissance des dossiers relatifs au TTIP". Moscou pense que les négociations entre les USA et l'UE ne tiennent pas compte des intérêts de la plupart des pays et que de tels accords de couloir sont susceptibles de "déstabiliser l'économie mondiale" et de mettre en péril ses perspectives de développement durable.

La confidentialité des négociations commerciales et économiques internationales n'avait encore jamais suscité de préoccupations particulières. Par exemple, personne, hormis les négociateurs directs, n'avait eu accès aux conditions d'adhésion de la Russie à l'Organisation mondiale du commerce.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Dossier:
Traité de libre-échange transatlantique (TTIP) (72)

Lire aussi:

TTIP: des conditions d'accès dignes d'un film d'espionnage?
TTIP: Les députés allemands ont accès aux documents secrets
TTIP: quand les rêves des lobbyistes deviennent réalité
Mohammed VI a ordonné la destruction d’édifices flambant neufs dans une toute nouvelle station balnéaire
Tags:
Traité de partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP), Commission européenne, Union européenne (UE), Barack Obama, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook