Ecoutez Radio Sputnik
    Combattantes de l'EI

    Ces femmes qui prennent les armes pour Daech

    © AFP 2017
    Lu dans la presse
    URL courte
    Lenta.ru
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    1210

    Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l’organisation terroriste État islamique (Daech), a annoncé début mars la formation d'un bataillon féminin au nord-est de la Syrie.

    Avant cela, les terroristes ne considéraient les femmes que comme des épouses et des esclaves potentielles. Aujourd'hui ils sont poussés à les utiliser dans leurs unités de combat. Pour quelle raison?

    En 2014, les islamistes avaient créé la "police féminine des mœurs" sur les territoires qu'ils contrôlaient. La brigade spéciale Al-Khansa, nommée en l'honneur de la poétesse arabe, était destinée à fouiller les femmes aux postes de contrôle de Daech. Les femmes extrémistes descendaient fusil à la main dans les rues pour veiller à ce que les femmes ne transgressent pas les normes de la charia. En particulier, elles ne devaient pas être vues sans être accompagnées par leur époux ou un autre proche de sexe masculin, ni porter de "tenues provocatrices".

    Et les femmes policières agissent avec la même violence que tous les autres membres de Daech.

    Ainsi, en 2015, une islamiste a tué à Racca une mère qui allaitait son nouveau-né dans la rue. Saleh, Syrien de 77 ans, raconte aussi: "Un jour au marché j'ai vu une femme qui, en choisissant des légumes, a involontairement soulevé son niqab en dévoilant son visage. L'islamiste de la "police des mœurs" s'est immédiatement jetée sur elle pour la rouer violemment de coups. La victime, en sang, a été transportée à l'hôpital où elle est décédée des suites de ses blessures."

    Al-Khansa est rejointe essentiellement par les femmes de combattants de Daech, mais pas seulement. Beaucoup prennent les armes car elles en partagent l'idéologie et cherchent à "protéger" les valeurs islamiques et "punir les traîtres de l'islam". D'autres sont motivées par l'aspect financier: le salaire est plutôt élevé pour la Syrie, à 200 dollars par mois.

    Au début, les terroristes étaient réticents à l'idée de faire participer les femmes aux combats. Mais Daech constitue actuellement des unités de combat féminines. Certaines islamistes servent de kamikazes mais la plupart des femmes combattent en tant que soldats.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Chez les adolescents attirés par l'EI, une majorité de filles
    Dans la peau d'une femme de djihadiste
    Daech: des pilules contraceptives pour les esclaves sexuelles
    L'égérie des Yézidis rachète les femmes kidnappées par Daech
    Dora l'exploratrice au service de Daech
    Tags:
    femmes, terrorisme, Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik