Ecoutez Radio Sputnik
    réacteur nucléaire

    Nucléaire: fermer une centrale coûte presque aussi cher que la remplacer

    © Flickr/ raymondclarkeimages
    Lu dans la presse
    URL courte
    2211
    S'abonner

    Fermer les réacteurs européens en fin de vie ne sera pas beaucoup moins coûteux (250 milliards d'euros) que d'en construire de nouveaux (350 à 450 milliards d'euros), estiment les auteurs du rapport "Nuclear Illustrative Programme" de la Commission européenne, cité jeudi par le site Teknoblog.ru.

    "L'expérience du démantèlement des réacteurs est assez faible dans le monde, notent les experts de la Commission. En octobre 2015, 89 réacteurs nucléaires avaient déjà été fermés définitivement en Europe mais seulement trois, jusqu'à présent, ont été complètement démantelés — tous en Allemagne".

    Ce rapport sur les perspectives de l'énergie nucléaire en Europe est le premier du genre depuis la catastrophe survenue à la centrale japonaise de Fukushima en 2011. Depuis, la conjoncture dans ce secteur industriel a beaucoup changé.

    L'Europe se trouve actuellement dans une situation ambiguë. D'une part, il est nécessaire de démanteler certains réacteurs obsolètes pour des raisons de sécurité — c'est le cas de la centrale nucléaire d'Ignalina, munie d'un réacteur du même type que celle de Tchernobyl. D'autre part, il n'existe pour le moment aucun substitut approprié à ces sites énergétiques, ce qui pousse à moderniser les centrales existantes.

    Le programme de la Commission affirme que l'Union européenne aura besoin d'investissements de 350 à 450 milliards d'euros sur les 35 années à venir pour maintenir la production des centrales nucléaires européennes de 95 à 105 GW. Tel est, selon les auteurs du rapport, le volume total acceptable de production d'électricité par les centrales européennes d'ici 2050. Le secteur nucléaire générera donc alors environ 20% de l'énergie produite dans les pays de l'Union.

    Les pays membres exploitent actuellement 129 réacteurs nucléaires d'une capacité totale de 120 GW (27% de l'électricité produite en Europe). L'âge moyen des centrales nucléaires européens atteint aujourd'hui près de 30 ans.

    Les auteurs du programme de la Commission estiment que suite à la catastrophe de Fukushima, les capacités nucléaires totales de l'Union européenne diminueront jusqu'à 2025 avant de reprendre leur croissance. Par ailleurs, 90% des réacteurs existants seront démantelés d'ici 2030, ce qui nécessitera d'importants investissements de remplacement.

    D'après la Commission, la mise en œuvre des objectifs de la stratégie énergétique européenne pour 2015-2050 nécessitera des investissements de 3 200 à 4 200 milliards d'euros des pays de l'Union dans tous les moyens de production d'énergie. Environ 20% de ces fonds seront consacrés à la modernisation des centrales nucléaires existantes.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Le "terrorisme nucléaire" doit être pris au sérieux, selon l'AIEA
    La Russie va aider le Japon à remédier aux conséquences de Fukushima
    La brousse australienne pourrait servir de dépotoir nucléaire mondial
    Tags:
    nucléaire, nucléaire civil, Union européenne (UE)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik