Ecoutez Radio Sputnik
    Mars

    La Russie vise Mars et la Lune

    © NASA. JPL-Caltech
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Exploration de Mars (87)
    36255
    S'abonner

    Dans quelques dizaines d'années, il sera déjà certainement possible de faire escale sur la Station spatiale internationale (ISS) avant de rejoindre la Lune ou Mars: la Russie compte bien contribuer à l'aventure, écrit lundi le site de la chaîne RT.

    On sait déjà que le vaisseau prévu pour les voyages interplanétaires sera doté d'un moteur russe. Igor Komarov, directeur de l'agence spatiale Roskosmos, évoque dans une interview à la chaîne les plans de la cosmonautique russe.

    "De nombreux événements nous attendent d'ici 50 ans: des expéditions sur Mars, des recherches importantes sur la Lune. Je pense que la Russie créera des stations orbitales sur Mars et sur la Lune, ainsi qu'une base lunaire. Nous discutons déjà des projets concernant la Lune avec la Nasa et l'Agence spatiale européenne (ESA)", a déclaré Igor Komarov.

    Avec quel argent? Le directeur de Roskosmos admet que les entreprises privées s'intéressent à l'espace mais ne participent pas aux recherches fondamentales à cause des sérieux investissements demandés, qui ne sont pas toujours rentables.

    "Les entreprises privées joueront un rôle important dans la production et l'exploitation de vaisseaux spatiaux, les services de communication, l'étude à distance de la Terre et les lanceurs. Mais les entreprises ne doivent pas s'attendre à une percée dans les recherches scientifiques. Ces projets demandent d'immenses ressources et servent à toute l'humanité. Notre génération et la suivante ne connaîtront probablement pas la forte rentabilité de ces projets", pense le directeur de Roskosmos.

    Personne n'est manifestement capable de dépasser la Russie dans la production de moteurs pour les vaisseaux spatiaux à court terme. Les autorités américaines ont annoncé plusieurs fois leur intention de cesser leurs achats mais ne sont jamais passées à l'acte: le 9 avril, le Pentagone a annoncé une commande de 18 moteurs RSP-180 — contournant ses propres sanctions contre la Russie.

    "Nous sommes aujourd'hui l'unique puissance spatiale à envoyer des cosmonautes et des astronautes sur l'ISS. Cette situation durera relativement longtemps. La Nasa a pour projet de lancer les vaisseaux de la compagnie SpaceX et Orion de Lockheed Martin pour desservir les vols sur l'ISS, mais seulement en 2019", a annoncé Igor Komarov.

    Les lanceurs et les services de lancement sont les points forts du secteur spatial russe. "Nous sommes largement en tête. Nous détenons près de 40% du marché des services de lancement", souligne-t-il, précisant que le projet de lanceur lourd Angara-A5V est déjà soumis à l'expertise de l'institut de recherche et développement depuis fin février 2016. Le lancement d'Angara aura lieu en 2021 à partir du nouveau cosmodrome russe Vostotchny.

    Une autre fusée russe, Proton-M — lancée en mars 2016 depuis Baïkonour — a pu rapprocher l'homme de ses rêves martiens du programme ExoMars.

    D'après Igor Komarov, ce projet a montré aux chercheurs la direction dans laquelle il fallait travailler plus activement. "L'une de nos tâches consiste à réduire le temps de vol jusqu'à Mars. Les technologies actuelles assurent une mission martienne de six mois. Mais comme le niveau de radiation est relativement élevé dans le milieu spatial, nous cherchons à accélérer le vol pour préserver l'organisme de l'homme. Nous devons faire passer la construction des moteurs à un niveau supérieur si nous voulons conquérir les planètes éloignées", constate le directeur général de Roskosmos.

    Quant à l'ISS, Igor Komarov a noté qu'elle aller changer d'aspect et être dotée de nouvelles fonctions.

    "A la station il sera possible, je l'espère, d'assurer la maintenance des vaisseaux en orbite, de réparer et d'assembler des modules transportés depuis la Terre, de réparer des vaisseaux interorbitaux et des remorqueurs interorbitaux qui seront conçus, à terme, pour voyager sur la Lune et sur Mars. L'ISS possédera aussi des segments pour les touristes spatiaux", a conclu le chef de Roskosmos.

    Dossier:
    Exploration de Mars (87)

    Lire aussi:

    Un astéroïde passera à proximité de la Terre le 8 mars
    La NASA dévoile un panorama interactif de Mars
    Les Snickers et les Mars retirés de la vente en Europe
    Les pruneaux, l’arme secrète de la conquête de Mars?
    Tags:
    science, espace, ISS, Holding spatial russe Roscosmos, Lune, Mars
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik