Lu dans la presse
URL courte
Par
Chute des prix du pétrole (2016) (171)
20242
S'abonner

A cause de la chute rapide des prix du pétrole, les exportateurs du Proche-Orient ont perdu 390 milliards de dollars de revenus en 2015 (17,5% du PIB total) et pourraient perdre de 490 à 540 milliards de dollars cette année selon les dernières prévisions du Fonds monétaire international (FMI).

D'après le Fonds, la croissance des pays du Golfe sera de 1,8% en 2016 contre 3,3% en 2015.

Cette baisse des revenus pétroliers a entraîné des problèmes budgétaires: le déficit public moyen des pays de la région devrait dépasser les 12% en 2016. La plupart ont coupé drastiquement dans leurs dépenses, notamment pour les investissements — les pays du Golfe investissent en général 50% de plus que les autres pays émergents. Ces manœuvres ont permis à l'Arabie saoudite de réduire de 30% (par rapport à 2015) le prix du baril nécessaire pour assurer un équilibre budgétaire: elle a aujourd'hui besoin qu'il se vende à 66,7 dollars. En Iran la barre est fixée à 61,5 dollars le baril, et au Koweit à 52,1 dollars.

Quoi qu'il en soit, compte tenu du niveau réel des prix — qui est encore plus bas — le déficit budgétaire de l'Arabie saoudite devrait atteindre 13% du PIB en 2016, contre 15% en 2015. Riyad a annoncé la semaine dernière un accord visant à obtenir un crédit de 10 milliards de dollars d'un groupe de banques étrangères. Les caisses de l'État pourraient également profiter de l'introduction d'une taxe sur la valeur ajoutée. La recommandation principale du FMI reste toutefois la réduction des dépenses publiques, notamment des salaires des fonctionnaires et des prestations sociales. Pour le moment, seuls l'Iran et l'Algérie ont subi une dévaluation de leur devise (le riyal saoudien reste indexé au dollar américain). Riyad voudrait se débarrasser de sa dépendance envers les cours pétroliers (ressource qui représente 72% de ses revenus budgétaires), et met actuellement en place une stratégie pour atteindre cet objectif.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Dossier:
Chute des prix du pétrole (2016) (171)

Lire aussi:

«Plus rien ne sera jamais comme avant pour l'immobilier après le coronavirus»
Plus d'un million de personnes infectées par le coronavirus dans le monde
Les États-Unis, premières victimes du choc pétrolier?
«Épidémie exceptionnelle»: le Covid-19 cause plus de 470 nouveaux décès en un jour en France
Tags:
prix du pétrole, chute, pétrole, Fonds monétaire international (FMI), Pays du Golfe, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook