Ecoutez Radio Sputnik
    Popeye

    Intox, fake, démystification: quand les lanceurs d'alerte sont pris à leur propre piège

    © Flickr/ sabin paul croce
    Lu dans la presse
    URL courte
    Slon.ru journal en ligne
    51427111

    Il arrive qu'une nouvelle idée vienne nous ouvrir les yeux et bouleverser ce que nous pensions jusqu'alors - comment avions-nous pu nous laisser berner pendant tant d'années? - mais ces "révélations" sont parfois tout aussi fausses que les mythes qu'elles font tomber.

    L'apparition d'idées qui détruisent les notions universelles est aussi vivifiant qu'une bouffée d'air frais. Parfois il faut pourtant démystifier les démystificateurs eux-mêmes. Nombreuses ont déjà été les nouvelles "vérités" pas plus véritables que le mythe qu'elles tentaient de faire tomber.

    La démystification des démystificateurs est devenue l'affaire d'une vie pour Mike Sutton, professeur de criminologie à l'université de Nottingham Trent (Royaume-Uni), qui a notamment démystifié le mythe du marin Popeye.

    Ce personnage de BD et de dessins animés est connu pour son faible pour les épinards — qui lui donnent une force incroyable. Selon le mathématicien Samuel Arbesman, auteur du livre La demi-vie des faits, les auteurs du dessin animé auraient forcé Popeye à manger des épinards car ces derniers contiennent beaucoup de fer. L'association épinards-fer-force s'est tellement enracinée dans la société que Popeye, pensait-on, avait contribué à augmenter d'un tiers la consommation de ce produit alimentaire aux USA. Cependant, écrit Arbesman, la source de la force de Popeye était une fiction: il s'est avéré en 1937 que les anciennes estimations du contenu de fer dans la plante (35 mg pour 100 g) avaient été exagérées de 10 fois. Néanmoins, le mythe s'est profondément ancré dans les esprits.

    En réalité, selon l'étude de Sutton, la démystification du "fait" sur le fer dans les épinards était tout aussi fausse. L'expert britannique a établi que, premièrement, dans une série Popeye expliquait en 1932 les bienfaits des épinards par une teneur élevée en vitamine A, et non de fer, et deuxièmement que l'augmentation de la consommation de légumes en Amérique avait commencé avant que ce personnage ait avalé sa première boîte de "super-produit" (en 1931).

    On doit également à Sutton une autre démystification, encore plus retentissante, concernant le héros de tous les sceptiques: Charles Darwin. Dans son livre Nullius in Verba: Darwin's Greatest Secret le criminologue affirme que Darwin, consciemment ou non, a "volé" l'idée de la sélection naturelle à l'Écossais Patrick Matthew, qui en avait parlé dans son travail au début des années 1830, c'est-à-dire un quart de siècle avant Darwin et Alfred Wallace. Quand, dans les années 1860, Matthew a accusé de plagiat l'auteur de L'origine des espèces, ce dernier a répondu que l'Écossais l'avait effectivement devancé mais que ni lui ni Wallace n'en avaient entendu parler — par conséquent ils ne pouvaient rien voler et avaient tout inventé eux-mêmes. Cette histoire a mis en évidence comment l'une des plus grandes théories humaines pouvait facilement passer inaperçue à cause du statut de l'auteur ou pour d'autres raisons.

    Toutefois, d'après Sutton, l'idée de Matthew n'était pas du tout restée dans l'ombre. Au contraire, l'expert a établi qu'au moins sept naturalistes de l'époque l'avaient cité dans leurs travaux, dont trois faisaient partie de l'entourage proche de Darwin. Malgré les efforts de Sutton, la communauté scientifique ne reconnaît toujours pas que le célèbre Darwin a volé la théorie de l'évolution à un autre.

    "Quand la destruction d'un mythe concerne un thème aussi important que la théorie de l'évolution, elle n'est pas perçue comme un nouveau fait comme dans l'exemple de Popeye", déplore Sutton. Dans ce cas, les nouvelles informations deviennent si subversives que les gens ne souhaitent pas les admettre car elles ébranlent fortement les idées reçues. De plus, le chercheur lui-même risque de se transformer de sérieux démystificateur en personnage excentrique.

    Lire aussi:

    Inégalités entre les sexes: deux linguistes pensent avoir trouvé le coupable!
    Les Américains admettent la suprématie russe…dans le dessin animé
    Bon anniversaire, Wiki: papamobile, spaghettification, chat beurré et autres scoops
    Le dessin animé russe Macha et l’Ours a été vue plus d’un milliard de fois
    Tags:
    recherche, dessins, science
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • avatar
      DustyBluprint
      Lisez le sommaire du livre Nullius in Verba: Darwin’s Greatest Secret sur Amazon.fr C’est toute en français.

      Aujourd’hui une véritable “tempête des faits” heurte contre l’industrie Darwin. Et ils le savent. Ce que nous est apparent est le rejet irrationnel de l’inévitable. Ils se sont engagés dans la pensée magique – comme si ils disent que les nouveaux faits gênants ne sont pas des faits (ou bien ils sont, eux mêmes, une théorie de complot) qui leur transmuteront dans le néant – juste comme une incantation magique. Les scientifiques Darwin pourront courir – mais il n’y a plus de cachette. Les faits les chassent comme le Pac-Man.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)