Ecoutez Radio Sputnik
    une ogive nucléaire

    Comment fonctionne une ogive nucléaire

    © Sputnik . Mihail Mokrushin
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    19614
    S'abonner

    Les ogives nucléaires sont les armes les plus puissantes du monde: pour leur transport et leur utilisation, toute une logistique et un matériel sont requis.

    Toute la masse d'un missile intercontinental, des dizaines de mètres et de tonnes d'alliages très résistants, le combustible de haute technologie et l'électronique sophistiquée sont nécessaires pour transporter une ogive à sa destination: un cône d'un mètre et demi et d'une épaisseur à la base de la taille d'un homme. L'arme la plus puissante sur terre est très compacte — une charge thermonucléaire de 300 kilotonnes (20 Hiroshima) dont la forme rappelle un seau ordinaire.

    Hormis la charge, l'ogive contient un bloc de guidage de taille également réduite — des dimensions d'un bidon — et remplit plusieurs tâches. La principale consiste à faire exploser la charge à une altitude très précise. L'arme nucléaire n'est pas prévue pour être utilisée à la surface, si ce n'est pour neutraliser les silos de missiles souterrains de l'ennemi. La hauteur optimale de déclenchement des ogives est de 1 200 mètres. Dans ce cas, l'onde de choc reflété par la surface fusionne avec une autre qui se dissipe latéralement en la renforçant: c'est ainsi que se forme l'effet de l'explosion nucléaire, une onde de choc destructrice.

    Le système automatique de la charge contrôle les moteurs de direction — pneumatiques ou à poudre — et surveille la stabilisation thermostatique de la charge car le plutonium militaire dont elle se compose a tendance à chauffer à l'état calme. De plus, le cône contient le réseau électrique de bord avec des sources de courant et une protection des impulsions électromagnétiques. Tout cela est fixé sur des amortisseurs et confiné dans une carcasse solide recouverte par une épaisse couche d'isolation thermique.

    En se séparant du dernier étage, la charge atteint le pic de sa trajectoire avant d'entamer sa chute. Elle entre dans l'atmosphère à très grande vitesse — 15 fois la vitesse du son — son enveloppe extérieure se réchauffe jusqu'à 5 000-6 000 degrés et commence à brûler.

    A 50 km d'altitude, l'ogive pénètre dans les couches denses de l'atmosphère et subit de puissantes surcharges négatives: l'air la freine comme un mur de béton face à une voiture.

    Pendant le vol, le système de contrôle rend la charge opérationnelle, prête pour l'explosion. Cela se produit progressivement grâce à des algorithmes complexes basés sur deux principales conditions: la fiabilité du déplacement vers la cible et le contrôle du processus. L'électronique augmente peu à peu le niveau opérationnel de la charge pour donner l'ordre de détonner à l'endroit prévu.

    L'explosion nucléaire se produit immédiatement: volant à la vitesse d'une balle, l'ogive ne parcourt que quelques centièmes de millimètre quand toute la puissance de la charge thermonucléaire se transforme en lumière, en feu, en choc et en radiation d'une puissance terrifiante.

    Lire aussi:

    La Corée du Nord aurait redémarré son usine nucléaire
    Sanctions: pas d'impact sur les relations russo-françaises dans le nucléaire
    Une pétition lancée en Ukraine pour le retour au statut d’Etat nucléaire
    Un accord sur le nucléaire civil signé entre la Russie et le Nigeria
    Tags:
    armements, explosion nucléaire, ogives nucléaires
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik