Ecoutez Radio Sputnik
    La ville britannique de Manchester

    Après le Brexit, certains reparlent déjà de l'unification de l'Irlande

    © Sputnik . Alexey Filippov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    0 03

    La décision du peuple britannique de quitter l'UE redonne des idées aux forces séparatistes, de l’Écosse à l'Irlande du Nord.

    L'idée de s'unir avec l'Irlande du Nord devient de plus en plus populaire au sud de l'île et les autorités écossaises comptent organiser en 2017 un nouveau référendum sur l'indépendance. Pendant ce temps, le gouvernement de Londres prépare prudemment le royaume à la séparation avec Bruxelles.

    Micheal Martin, leader du principal parti d'opposition irlandais Fianna Fail, a déclaré que le Brexit avait rapproché les deux Irlandes de l'unification. Selon lui, l'Irlande du Nord devrait organiser un référendum sur la réunification car 56% de ses habitants ont voté pour le maintien au sein de l'UE. Il a qualifié le Brexit de "moment déterminant pour la région", écrit le quotidien britannique The Guardian.

    La ligne de 500 km qui sépare l'île est l'unique frontière terrestre entre le Royaume-Uni et l'UE. Et bien qu'elle soit abondamment dotée de postes de contrôle et que pendant le conflit en Irlande du Nord (à partir du milieu du XXe siècle jusqu'en 1998) même les routes étaient fermées, le processus de paix a conduit à la libéralisation du régime frontalier. Chaque jour, des dizaines de milliers de personnes franchissent les postes de contrôle pour se rendre au travail, dans un magasin ou dans un but touristique. Il n'est donc pas étonnant que la population des deux Irlandes soit préoccupée par l'impact du Brexit sur la libre circulation des personnes, des marchandises et des services.

    Avant le référendum, la première ministre britannique Theresa May avait déjà averti que la sortie de l'UE pousserait Londres à durcir le contrôle frontalier mais la semaine dernière, le nouveau ministre pour l'Irlande du Nord James Brokenshire a reconnu qu'il ne souhaitait pas établir de régime frontalier strict. "De nouvelles barrières entre les parties de l'île pourraient nous renvoyer plusieurs décennies en arrière", a ajouté Micheal Martin. Le leader de Fianna Fail faisait visiblement allusion au risque de reprise du conflit étouffé à l'aube du XXIème siècle…

    Entre temps, le gouvernement britannique continue de sonder le terrain "post-Brexit". Le nouveau ministre des Affaires étrangères Boris Johnson a rencontré hier la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini, qui a qualifié leur entretien de "très positif" tout en soulignant que Bruxelles n'avait pas l'intention de mener des négociations avec Londres sur le Brexit avant le dépôt de sa demande officielle de sortie.

    Pour sa part, Johnson a précisé que même si Londres avait l'intention de respecter la volonté du peuple, le Brexit ne signifierait pas que le royaume quitte l'Europe. "Nous n'avons pas l'intention de renoncer à notre rôle primordial dans le domaine de la coopération sur le continent", a déclaré le nouveau ministre.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Brexit: fin d'une histoire d'amour et séparation de corps
    Christine Lagarde ne mâche pas ses mots contre Trump et le Brexit
    George Soros: l'UE ne s'effondrera pas après le Brexit, sous quatre conditions
    Après le Brexit, les Britanniques frappent à toutes les portes
    Tags:
    Irlande, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik