Ecoutez Radio Sputnik
    Discours d'investiture de Donald Trump

    Ce qu'il fallait retenir du discours d'investiture de Donald Trump

    © AFP 2019 Jim WATSON
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    1232
    S'abonner

    Donald Trump sera le candidat républicain à la présidentielle américaine.

    Dans son discours d'acceptation de l'investiture du parti, jeudi 21 juillet, il a réitéré ses principales promesses de campagne: construire un mur à la frontière mexicaine, modifier les accords défavorables pour les États-Unis dans le domaine de l'économie et de la sécurité internationales, se concentrer sur les affaires intérieures du pays et non sur les questions globales. Par contre, il n'a pas mentionné la Russie.

    Une demi-journée avant son intervention devant les républicains, le projet de discours de Donald Trump a été publié sur le site Politico. Dans son allocution, Donald Trump a accepté "avec humilité et reconnaissance" de représenter les républicains à la présidence américaine. Il a aussi promis de rendre aux USA "la sécurité, la prospérité et la paix" et d'en faire un "pays de générosité et de chaleur, mais aussi un pays où règne la loi et l'ordre".

    Trump a accordé beaucoup d'attention à la situation économique dans le pays et dans le monde. Rappelant sa fortune, il a fait part de son intention de changer les conditions de plusieurs accords commerciaux internationaux défavorables pour les USA. Selon lui, l'ex-président Bill Clinton et sa rivale actuelle Hillary Clinton "sont responsables de la réduction d'un tiers des emplois dans le secteur industriel américain depuis 1997". Il accuse également le président sortant Barak Obama "d'avoir laissé grimper la dette nationale des USA jusqu'à 19 000 milliards de dollars".

    Le candidat républicain a également évoqué les questions de sécurité. Donald Trump estime que le paragraphe de la charte de l'Otan promettant à chaque membre de l'Alliance une protection en cas d'agression est trop contraignant. Plus tôt, dans une interview accordée au New York Times, il avait répondu à une question concernant une éventuelle agression de la Russie contre les pays baltes "qu'avant d'apporter une aide militaire l'administration étudierait comment ces pays remplissent leurs engagements vis-à-vis des USA". "Nous reconstruirons entièrement notre armée, qui est épuisée. Nous demanderons aux pays que nous défendons pour un coût immense de payer honnêtement leur part", a-t-il déclaré.

    Trump continue de promouvoir l'idée de construire un mur entre les États-Unis et le Mexique. Cette action, couplée à une législation migratoire intransigeante, permettrait selon lui de "prévenir la migration clandestine, de stopper les bandes et les violences, ainsi que l'affluence de drogues aux USA". Selon lui, il faut arrêter l'immigration en provenance des pays à forte activité terroriste en attendant l'apparition de "mécanismes de vérification fiables" des personnes entrantes.

    Donald Trump suggère de combattre le groupe État islamique (ou Daech) à travers la coopération avec des alliés, notamment Israël, et non par le biais de la "politique inefficace de construction d'États et de changement de régimes menée par Hillary Clinton en Irak, en Libye, en Égypte et en Syrie" quand elle était Secrétaire d'État.

    Le milliardaire a conclu en remerciant ses partisans et en promettant de redonner "force, fierté, sécurité et grandeur" à l'Amérique.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Dans les coulisses de la convention républicaine à Cleveland, Ohio
    Donald Trump contre les livraisons d'armes US à Kiev
    Selon Trump, les USA n'ont pas le droit de donner de leçons aux autres
    Tags:
    discours, investiture, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik