Lu dans la presse
URL courte
Par
15249
S'abonner

Alors que les Philippines ont engagé leur rapprochement avec la Chine, les USA ont réagi à cette "trahison" en envoyant des navires lance-roquettes dans les eaux contestées de la mer de Chine méridionale.

La Maison blanche confirme ainsi qu'elle n'a pas l'intention de céder aux revendications de Pékin. D'après les experts, ce raid montre qu'après la visite réussie du président philippin Rodrigo Duterte à Pékin, le risque de conflit entre les USA et la Chine s'est accru. Les Américains tentent de montrer que même sans le soutien des Philippines ils veulent et peuvent défendre leurs intérêts en Asie orientale par la force. Pékin a qualifié les agissements des USA de "provocation" et a exigé qu'ils cessent les violations de la souveraineté de la Chine.

D'après les déclarations des représentants chinois, la question de l'appartenance des îles litigieuses n'a pas été réglée pendant l'entretien entre Duterte et son homologue chinois Xi Jinping. Les deux présidents ont convenu que les relations bilatérales ne se résumaient pas au problème de la mer de Chine méridionale et ont décidé que les négociations à ce sujet seraient relancées plus tard.

La visite de Duterte a mis un terme à la confrontation entre Pékin et Manille, qui avait atteint son point culminant en 2012.

Par ses actes, Washington a voulu rappeler qu'en dépit des intentions de son allié philippin l'Amérique conservait la supériorité militaire et souhaitait nuancer les ambitions de Pékin en Asie-Pacifique. Le destroyer américain USS Decatur muni de missiles guidés a navigué près des îles de Triton et Woody de l'archipel des Paracels. Selon l'agence Reuters et le journal South China Morning Post, le bâtiment n'a pas pénétré dans la zone de 12 miles des îles. Néanmoins il a été poursuivi par trois navires chinois. L'incident n'est pas allé plus loin. Les États-Unis ont déclaré qu'ils continueraient de défier les prétentions excessives de la Chine en mer. Le ministère chinois de la Défense a qualifié le raid "d'illégal" et "d'acte de provocation".

La déclaration d'Hillary Clinton devant le personnel de la banque Goldman Sachs en 2013 redevient pertinente: selon un discours dévoilé récemment par le site WikiLeaks elle avait annoncé que si Pékin pouvait revendiquer la mer de Chine méridionale, alors les USA pouvaient rebaptiser l'océan Pacifique en "mer américaine".

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Une 3e guerre mondiale ne durerait que «quelques minutes» tout au plus
Pyongyang dénonce les manœuvres des USA et de la Corée du Sud
Des diplomates nord-coréens rencontrent secrètement des experts US
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
Tags:
Rodrigo Duterte, Hillary Clinton, Philippines, océan Pacifique, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook