Ecoutez Radio Sputnik
    Logo de l'OPEP

    Le pétrole de schiste américain: un danger pour l'Opep

    © REUTERS/ Heinz-Peter Bader
    Lu dans la presse
    URL courte
    Politrussia
    Chute des prix du pétrole (171)
    71249103

    Le coût de production du pétrole de schiste dans plusieurs gisements installés sur la formation de Bakken aux USA a baissé pratiquement au niveau de l'Iran et de l'Irak: la production pourrait donc augmenter aux États-Unis alors que l'Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep) se dirige vers une réduction.

    Il y a encore quelques années, la production de pétrole de schiste aux États-Unis était déficitaire, mais depuis 2014 les frais de production dans les gisements du Texas jusqu'au Dakota du Nord ont baissé de moitié. Conclusion: la guerre tarifaire visant à détruire l'industrie du pétrole de schiste aux États-Unis a fait d'elle un rival encore plus redoutable, même avec des prix bas.

    "Dans le comté de Dunn dans le Dakota du Nord, sur une superficie d'environ 5 180 km², le coût de production d'un baril est de 15 dollars", constate Lynn Helms, chef du département d'État pour les ressources minérales. Ce comté produit 200 000 barils par jour, soit 20% de la production nationale.

    "Le succès que connaît le comté de Dunn est fantastique", se félicite Ron Ness, président du North Dakota Petroleum Council. Selon lui, un prix mondial du baril à 45 dollars est suffisant pour que soient rentables plusieurs producteurs de la région, et un baril à 55 dollars stimulerait la croissance de la production. En comparaison, ce coût de production est estimé à 15,5 dollars en Iran et à 11,4 dollars en Irak.

    Selon la compagnie Rystad Energy, le coût moyen de production dans la formation de Bakken est passé de 59 dollars à 29,44 dollars en 2014. Mais il faut garder à l'esprit que les producteurs de la région ont besoin d'un cours international plus élevé en raison des dépenses importantes en transport.

    Mercredi, les pays de l'Opep ont convenu de réduire leur production pétrolière de 1,2 million de barils par jour pour passer à 32,5 millions de barils à partir du 1er janvier 2017. L'accord court sur six mois et pourrait être prolongé encore de six mois.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Chute des prix du pétrole (171)

    Lire aussi:

    Arabie saoudite-USA: la guerre du pétrole n'aura pas lieu
    Extraire le pétrole de schiste multiplie les tremblements de terre
    L'industrie pétrolière US toujours en attente d'un miracle
    Tags:
    production petrolière, prix du pétrole, pétrole de schiste, OPEP, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • crocelaurent
      Je trouve que le prix du pétrole ne devrait pas augmenter, de façon à rendre le pétrole de schiste américain rentable.
      De cette manière, toutes les sources d'eau seraient polluées par les produits chimiques injectés lors de la fracturation, ce qui signerait la mort de toute l'agriculture voisine des puits d'extraction !
      Et des tremblements de terre se produiraient dans tous les coins !
      Les Etats-Unis seraient tellement occupés à régler ces problèmes qu'ils nous foutraient la paix !
    Afficher les nouveaux commentaires (0)

    Grands titres

    • Alexeï Pouchkov

      Quoique la propagande existe dans les médias occidentaux, dont certains rappellent parfois la Pravda du temps de l’URSS, les élites politiques européennes préfèrent en faire porter le chapeau à la presse russe qui présente une vérité gênante et un point de vue alternatif, d’après un sénateur russe qui a accordé une interview en français à Sputnik.

      473180
    • Le «Daechstan» syrien, est-il bien réel?

      Le terme «Daechstan» proposé par Jean-Marc Ayrault, a déjà fait couler beaucoup d'encre et a fait également l'objet d'un entretien de Sputnik avec Gérard Bapt, député du Parti socialiste (PS) et président du Groupe d'amitié France-Syrie.

      5871
    • Spitak : après le séisme

      À 11h41, le 7 décembre 1988, la région nord-ouest de l’Arménie a été dévastée par un fort séisme. En 30 secondes la ville de Spitak a été détruite.

      2400
    • Des tonnes d’agrumes en don aux habitants d’Alep-Est

      Les fermiers syriens de Lattaquié ont envoyé à Alep un convoi de camions chargés d’agrumes. Ces fruits sont destinés aux civils et aux soldats qui tiennent tête aux extrémistes.

      71561
    • Hagi Hassan Brita

      Brita Hagi Hassan est en visite à Paris depuis dix jours. Qui est celui que l’on présente comme le maire d’Alep, invité par des associations et reçu au Quai d’Orsay ? Est-il en train de "circuler entre différentes capitales pour essayer de continuer sa propagande » comme l'estime Gérard Bapt interrogé par Sputnik?

      212315
    • Le président sortant des Etats-Unis Barack Obama

      Barack Obama a reconnu que son pays était impliqué dans l'apparition du groupe État islamique. Cette idée a déjà été énoncée par le président syrien Bachar el-Assad et d'autres hommes politiques, y compris le successeur d'Obama Donald Trump.

      6610146