Ecoutez Radio Sputnik
    le Centre de contrôle de la défense

    Visite guidée du "Pentagone russe"

    © Sputnik. Alexei Nikolsky
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    183112421

    Le Centre national de contrôle de la défense de la Fédération de Russie est né il y a deux ans, le 1er décembre 2014. Cette structure, supérieure au Pentagone américain sur certains points, est nécessaire pour l'interaction et la coordination des forces armées et des autorités.

    Les travaux de mise sur pied du centre ont commencé après un décret signé par le président russe Vladimir Poutine le 10 décembre 2013. Situé dans le bâtiment du ministère de la Défense sur le quai Frounzenskaïa à Moscou, il dispose sur place d'héliports et d'un complexe portuaire. L'information la plus importante reçue par le centre est régulièrement envoyée au Centre opérationnel du président.

    Selon le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, le Centre de contrôle de la défense est le « QG moderne du chef des armées ».

    Le centre russe a été créé sur la base du Poste de commandement central d'état-major des forces armées et du Centre situationnel du ministère de la Défense. Ce qui le différencie principalement des centres de contrôle antérieurs, c'est qu'il se base sur une plateforme informatique et de communication moderne.

    Le système logiciel et matériel de ce centre dépasse largement celui du Pentagone. Le superordinateur du ministère de la Défense est capable de stocker des données de 236 pétabytes ( contre 12 pétabytes pour son homologue américain ), et sa performance est estimée à 16 pétaflops ( contre 5 pétaflops au Pentagone ). La vitesse de traitement des informations s'élève à «50 bibliothèques Lénine à la seconde», selon une comparaison faite par Sergueï Choïgou.

    Ce système surveille en permanence le déplacement des troupes, le chargement de l'infrastructure de transport, les publications dans les médias et les commentaires sur les réseaux sociaux. La machine est capable de simuler les conséquences de différents incidents, ou encore d'évaluer l'impact des conditions météorologiques défavorables. Grâce à des modèles mathématiques, le système calcule les possibilités optimales pour remplir des tâches concrètes.

    La structure du Centre national de contrôle de la défense regroupe le Centre de contrôle des forces nucléaires stratégiques, le Centre de contrôle de combat et le Centre de contrôle de l'activité quotidienne qui s'occupe de la logistique des forces armées russes. De plus, ce dernier est responsable de l'interaction avec les autorités et les organisations qui ne sont pas directement liées au ministère de la Défense.

    La principale mission du nouveau centre consiste à veiller à l'exécution des ordres, ainsi qu'à la collecte et au traitement des informations qui influencent la capacité défensive du pays. En pratique, l'augmentation de la vitesse de transfert des données se traduit par l'amélioration du contrôle des forces armées et par un accomplissement plus efficace des commandes publiques pour la défense. Même en cas de situation d'urgence, le centre permet de mobiliser les ressources nécessaires dans des délais plus courts qu'auparavant.

    Chaque arme de chaque district militaire dispose de son propre mini-centre de défense. Le système de contrôle mis en place depuis deux ans est pyramidal: le centre de contrôle se trouve au sommet avec, en-dessous, des antennes qui non seulement envoient les informations à Moscou mais également les dupliquent. En cas de frappe hypothétique contre le bâtiment du quai Frounzenskaïa, il sera ainsi possible de contrôler la défense du pays à partir de n'importe quel centre régional.

    Plus de mille spécialistes militaires et civils travaillent en quatre factions 24h/24. Le chef du centre, le général Mikhaïl Mizintsev, note que la surveillance permanente de la situation en Russie et dans le monde est assurée par un personnel ayant une grande expérience dans le commandement des forces et dans la gestion de systèmes complexes d'armement. Tout l'effectif du centre effectue un stage de formation supplémentaire avec un accent sur la maîtrise des technologies informatiques.

    L'activité du centre ne cesse de se perfectionner: la logistique technique a été entièrement mise en place fin 2015 et tous les ministères ont été connectés au système informatique. Le 25 novembre 2016, Mikhaïl Mizintsev a annoncé que la structure du système comprenait 73 ministères et organisations. Le nouvel objectif fixé par le ministre Choïgou est l'intégration dans le système de toutes les régions et entreprises de défense du pays.

    Les experts rappellent qu'en 2013 les avis étaient divisés sur la nécessité de créer le Centre national de contrôle de la défense. Néanmoins, les événements de 2014 ont confirmé le besoin d'un système de contrôle informatique avancé. La situation dans le monde est devenue plus imprévisible et des menaces hybrides ont fait surface, alors que les ressources du ministère de la Défense à lui seul ne suffisaient pas pour les parer.

    « Ce centre a significativement amélioré le système de contrôle des forces armées et les capacités de mobilisation de la Russie », estime Alexandre Jiline, directeur du Centre d'étude des problèmes sociaux de la sécurité nationale. Selon lui, l'inclusion dans le système de l'interaction avec le ministère de la Défense du ministère des Situations d'urgence, de l'Intérieur et d'autres structures de force « constitue un progrès ».

    L'expert rappelle que le centre participe au contrôle de l'opération militaire en Syrie: « Le centre de contrôle de la défense dispose d'un matériel numérique capable de contrôler les opérations en Syrie. Depuis l'époque soviétique, nous étions toujours en retard en termes de moyens de communication — c'était notre talon d'Achille. La situation est foncièrement différente aujourd'hui. Le ministère de la Défense travaille depuis l'espace et via d'autres canaux secrets. Nous avons la possibilité de contrôler les troupes sans que l'ennemi nous voie ».

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Le Pentagone avoue avoir sous-estimé l’armée russe
    Le pilonnage des Houthis au Yémen «purement défensif», selon le Pentagone
    Maria Zakharova: «Le Pentagone contredit le département d’État américain»
    Yémen: le Pentagone prône le cessez-le-feu et continue de fournir des armes à Riyad
    Tags:
    défense, Pentagone, Vladimir Poutine, Sergueï Choïgou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    Afficher les nouveaux commentaires (0)

    Grands titres