Ecoutez Radio Sputnik
    œil

    Des Russes fabriquent une rétine d'œil transplantable à partir de cellules reprogrammées

    © Photo. pixabay
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    4432
    S'abonner

    Les spécialistes du Centre fédéral de recherche clinique en médecine physique et chimique, un département de l'Agence fédérale médicale et biologique, sont parvenus à fabriquer une rétine d'œil à partir de cellules reprogrammées.

    Cette découverte permettra de sauver de la cécité des milliers de patients qui perdent la vue, notamment à cause de la maculadystrophie. Les médecins espèrent effectuer la première transplantation dans le cadre d'essais cliniques dès 2017, si la législation le permet.

    « La reprogrammation de cellules est un phénomène relativement nouveau dans la science, qui remonte à la découverte du professeur Shinya Yamanaka de l'Université de Kyoto », explique Vadim Govoroun, directeur général du Centre fédéral de recherche clinique en médecine physique et chimique.

    Le chercheur japonais a mis au jour la capacité unique qu'avaient les cellules humaines de regagner leur état embryonnaire en « déconnectant » certains gènes. A partir de telles cellules souches non différenciées (qui n'ont pas de « fonctions ») il est possible de fabriquer pratiquement n'importe quel tissu. Par exemple, on peut concevoir la rétine de l'œil à partir de fibroblastes (cellules du tissu conjonctif).

    Cette nouvelle méthode permettra de sauver de la cécité les patients qui perdent la vue, par exemple, à cause de la maculadystrophie — maladie qui constitue l'une des principales causes de cécité chez les personnes de plus de 55 ans (et qui touche un Russe sur deux de plus de 60 ans).

    Les chercheurs du Laboratoire de biologie cellulaire expliquent que la peau convient le mieux pour la reprogrammation car le prélèvement d'un tel tissu ne traumatise pratiquement pas le patient et les cellules de la peau possèdent une bonne propriété de multiplication.

    « Il existe des cellules souches spécialisées pour chaque type de cellules, c'est-à-dire que seules les cellules souches de sang conviennent pour reconstruire des cellules de sang », explique Sergueï Kisselev, responsable du Laboratoire de technologies biomédicales du Centre fédéral de recherche clinique en médecine physique et chimique. Et de poursuivre: « Seules les cellules souches pluripotentes sont universelles. On peut les obtenir à partir d'embryons ou à partir des cellules de peau par la reprogrammation. Ces cellules conviennent pour fabriquer tout type de tissu. »

    Les cellules embryonnaires (prélevées sur des embryons non viables) permettent d'obtenir un transplant non apparenté. Conséquence: il peut être rejeté par l'organisme (ou alors l'individu devra ingérer toute sa vie des produits immunosuppresseurs). Cependant, il existe dans l'organisme humain des tissus qui « laissent indifférent » le système immunitaire. En effet, pour le cerveau et les yeux, la parenté des tissus n'est pas très importante même si on suppose que les transplants à partir de cellules parentes ou reprogrammées s'adapteront mieux.

    Des essais cliniques sont actuellement en cours aux États-Unis et en Europe (notamment au Royaume-Uni) sur la greffe de la rétine de l'œil, après une première opération réalisée en 2014. Des tests ont également été menés au Japon puis suspendus à cause de changements législatifs, mais ils devraient reprendre en 2017.

    L'usage de cellules reprogrammées — c'est-à-dire universelles — qui conviennent pour un grand nombre de receveurs simplifiera la technologie et réduira le coût de l'opération, qui sera ainsi plus accessible.

    Le Centre fédéral de recherche clinique en médecine physique et chimique a déjà testé ces technologies sur les lapins mais les essais cliniques restent encore impossibles: les scientifiques attendent la loi russe sur les produits cellulaires biomédicaux qui entrera en vigueur le 1er janvier 2017, et l'adoption d'actes normatifs dans le cadre de cette loi (dont les délais sont inconnus car ils n'ont pas été élaborés).

    Le centre connaît déjà les premiers volontaires pour la greffe de la rétine de l'œil « artificielle » selon un article du quotidien Izvestia. Il y a quelques années, une famille souffrant de maculodystrophie héréditaire s'est adressée aux chercheurs — contrairement à la maculodystrophie liée à l'âge, la forme héréditaire est une maladie rare qui s'explique par une « défaillance » génétique. Tandis que la forme de cécité liée à l'âge est soumise à certains types de thérapie, il n'existe pour l'instant aucun remède contre la maculodystrophie génétique. De tels patients commencent à perdre la vue à 20-30 ans.

    Dans la famille qui s'est adressée au centre, les porteurs de la mutation sont le grand-père du côté paternel, le père et les enfants.

    « Pour les enfants de cette famille, nous avons préparé des cellules de rétine avec un génome remanié. Mais dans un premier temps nous commencerons probablement les essais avec les cellules non parentes car il sera plus facile d'obtenir l'autorisation », a déclaré Sergueï Kisselev.

    Le Centre compte trouver des partenaires médicaux pour réaliser avec eux sur les patients une greffe de la rétine produite en laboratoire dès 2017.

    De la même manière, les chercheurs du Centre ont produit des neurones de cerveau humain et ont testé leur adaptation sur des modèles animaux. La greffe de cellules « corrigées » avec la procédure de remaniement du génome aidera notamment à soigner les patients atteints de la maladie de Parkinson. Des essais cliniques sont déjà en cours dans certains pays et seraient possibles en Russie si les établissements neurochirurgicaux et neurologiques s'y intéressaient — sans oublier le feu vert législatif, bien entendu.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Le Japon organisera le premier sommet des robots en 2020
    Un écolier russe a créé une souris d'ordinateur pour les personnes manchotes
    Intelligence artificielle: quelle menace pour l'humanité?
    Des chercheurs russes élaborent une imprimante 3D pour construire sur la Lune
    Tags:
    transplantation, science, œil
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik