Ecoutez Radio Sputnik
    Ocean

    Une «zone morte» découverte dans l'océan Indien

    CC BY 2.0 / Joi Ito
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    41128
    S'abonner

    Un groupe international de chercheurs a découvert dans l'océan Indien une «zone morte» où l'eau est extrêmement pauvre en oxygène.

    L'étude a été menée conjointement par les chercheurs de l'Université du Danemark du Sud, de l'Institut Max-Planck de microbiologie marine (Allemagne) et de l'Institut national d'océanographie (Inde). La « zone morte » en question a été découverte dans le golfe du Bengale.

    Sa superficie est d'environ 60 000 kilomètres carrés et sa profondeur varie entre 100 et 400 mètres. À cet endroit, l'eau contient très peu d'oxygène : selon les estimations des chercheurs, son contenu est 10 000 fois inférieur aux couches d'eau chargées d'air à la surface de l'océan

    Des zones similaires ont été découvertes plus tôt près des côtes occidentales de l'Amérique du Nord et du Sud, en Namibie et près du littoral occidental de l'Inde en mer Arabique. La zone du golfe du Bengale se distingue par l'absence pratiquement totale de microorganismes capables d'assimiler l'azote.

    « Le golfe du Bengale est depuis longtemps un mystère. Les méthodes traditionnelles n'ont pas révélé de signes de perte d'azote, ce qui est le cas dans d'autres zones mortes. La haute densité de population sur la côte contribue probablement à la formation d'une zone morte dans le golfe du Bengale. Les engrais pénètrent dans l'eau, la chargeant ainsi en azote », souligne Laura Bristow, directrice de la recherche.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Avion disparu dans l'Océan indien: nouvelle hypothèse australienne
    Eclipse solaire totale sur l'océan Indien
    Des navires de guerre russes en mission dans l'océan Indien
    Vol MH370 : nouveaux signaux acoustiques détectés dans l'océan Indien (Australie)
    Tags:
    oxygène, science, océan Indien
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik