Lu dans la presse
URL courte
Par
1350
S'abonner

La société russe Okeanos vient de dévoiler le robot sous-marin Glaïder 2.0 capable de fonctionner sous l'eau de manière autonome pendant neuf mois.

En régime d'économie d'énergie, le planeur peut se déplacer à l'aide d'un glissement sous-marin à 1 km/h.

La majorité des robots sous-marins modernes qui n'ont pas de lien permanent par câble avec le navire sont incapables de fonctionner sous la surface de l'eau pendant une période de temps prolongée. Leur autonomie dépend de la capacité des batteries embarquées, dont la décharge influe directement sur la vitesse des robots et les équipements utilisés.

Le nouveau robot Glaïder 2.0 est muni d'un petit bassin de ballastage et d'une pompe. En régime de glissement sous-marin, l'appareil ouvre sa valve pour remplir le bassin de ballastage — ce qui entame sa submersion — puis la pompe vide le bassin et le remplit d'air: l'appareil se met donc à remonter.

Lors de sa submersion et son émersion l'appareil peut se déplacer en avant à raison d'un mètre de mouvement horizontal pour 20 mètres de mouvement vertical. Le robot sous-marin mesure 2,5 mètres de long, est doté de deux ailes d'une envergure de 1,5 mètre pour un poids de 150 kilogrammes. Glaïder 2.0 peut tracter des équipements pesant jusqu'à 50 kilogrammes.

Aujourd'hui, la société Okeanos effectue la mise au point du robot pour créer sa version Glaïder 2.1, qui sera muni d'un moteur électrique et d'un propulseur pliable qui sera utilisé au cas où il serait nécessaire d'augmenter la vitesse du robot de manière considérable.

Outre Okeanos, il existe dans le monde plusieurs entreprises qui créent des robots se déplaçant à l'aide du même principe de glissement sous-marin. Ainsi, la société américaine Liquid Robotics met au point le robot SHARC, comprenant deux parties — sous-marine et de surface — liées par un câble.

La partie émergente comprend un mât portant un lidar et une antenne de communication, ainsi que des panneaux solaires qui alimentent les engins électriques de l'appareil et rechargent ses batteries. La partie sous-marine est constituée d'un fuselage oblong ayant six ailes sous-marines mobiles et un stabilisateur. En régime d'économie d'énergie, elle peut aussi se déplacer grâce au glissement.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Des robots sous-marins scanneront les mers russes
La marine russe va se doter de drones sous-marins
Norvège: un deuxième navire pour traquer les sous-marins russes
La Russie déploie un système global de surveillance maritime
Tags:
robot, sous-mariniers, flotte, Marine russe, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook