Lu dans la presse
URL courte
Par
3230
S'abonner

Des scientifiques russes ont mis au point une membrane capable de protéger celui qui la revêt contre les moindres particules dangereuses, y compris les virus, tout en accroissant son camouflage.

« Ce matériau est meilleur que ses analogues occidentaux », a déclaré le directeur général du Fonds des projets de recherches avancées Andreï Grigoriev.

Un camouflage dernier cri pour les missiles balistiques russes Topol
© Photo / Russian Defense Ministry / Sergei Krivov
« Le prototype de matériau filtrant que nous avons conçu est largement plus efficace que ses analogues pour retenir les moindres particules aérosols dangereuses — qu'il s'agisse de virus, de toxines, d'allergènes ou d'autres éléments toxiques. La technologie mise au point pourrait servir de base pour créer une large catégorie de moyens de protection à des fins médicales, militaires et autres », a-t-il expliqué à RIA Novosti.

Andreï Grigoriev a déclaré que cette élaboration des scientifiques russes était meilleure que le fameux matériau à membrane fabriqué à l'étranger. L'analyse a révélé également la possibilité d'utiliser la membrane russe pour obtenir des matériaux très légers et hautement performants destinés à équiper les soldats pour améliorer son camouflage et assurer la viabilité de celui qui la porte. De plus, cette membrane peut être utilisée dans le sport extrême.

Le fonds coopère déjà avec les consommateurs potentiels dont l'armée, les fabricants de vêtements pour les explorateurs polaires et les sportifs. Il est prévu d'achever le projet en août 2017 après les tests des prototypes « dans des conditions proches des conditions d'exploitation réelle ».

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Nouveau camouflage pour les lance-roquettes multiples russes
Une «crème d’invisibilité» au service des militaires russes
Camouflage de génie: elle se dénude pour échapper à la police
Une cape d'invisibilité militaire testée au Royaume-Uni
Tags:
camouflage, chercheurs, matériaux, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook