Ecoutez Radio Sputnik
    A US para-trooper of the Army's 4th 25 Infantry Brigade Combat Team (Airborne), part of the NATO-led peacekeeping mission in Kosovo (KFOR) takes part in a military drill near the village of Ramjan on May 27, 2015.

    Le soft power des USA va s'atténuer

    © AFP 2017 Armend Nimani
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    268142

    Le président américain Donald Trump a proposé au congrès sa version du budget 2018. Sa principale nouveauté consiste en une augmentation de 54 milliards de dollars des dépenses pour la défense au détriment de celles dédiées à la protection de l'environnement, aux projets liés aux droits de l'homme et à la démocratie dans le monde.

    De plus, eu égard à la menace terroriste, les dépenses pour la sécurité intérieure ont été revues à la hausse tandis que le budget du département d'État, selon les propositions du dirigeant américain, a été significativement réduit. Les Américains auront donc bien plus de difficultés à soutenir les structures loyales et les nombreuses organisations spécialistes des droits de l'homme agissant dans l'intérêt des États-Unis à travers le monde. Les experts s'accordent à dire que le budget de Trump est le document d'un pragmatique, d'un partisan des principes de la realpolitik, mais qu'il sera très difficile de le mettre au point avec le congrès.

    Le budget de Donald Trump a eu droit à un accueil hostile de l'establishment libéral. Comme on pouvait s'y attendre, les organisations américaines des droits de l'homme ont exprimé leur protestation par rapport à la réduction du financement, et certaines organisent déjà des réunions à huis clos sur leur avenir. Cela concerne également les différentes fondations de promotion de la "démocratie américaine" financées par le département d'État de l'administration précédente.

    D'ici fin avril, le congrès doit mettre au point les dépenses globales pour adopter définitivement le principal document financier du pays en septembre-octobre.

    La réduction du financement concernera plusieurs départements et institutions mais la baisse la plus notable frappera le département d'État. Ce dernier, dirigé par l'ex-président d'ExxonMobil Rex Tillerson, perdra 28% par rapport au budget de l'année dernière. Les structures comme Radio Free Europe/Radio Liberty et Voice of America sont également concernées par les réductions budgétaires.

    Les organisations humanitaires qui travaillent dans l'intérêt des USA à travers le monde seront également privées automatiquement d'une grande part du soutien financier dont elles bénéficiaient jusque là. Par exemple, le budget de la fameuse agence USAID subira des coupes majeures, tout comme le NED — Fondation nationale pour la démocratie. Mais il existe une autre structure dont le budget a été encore plus affecté: l'Environmental Protection Agency (EPA). Les « verts »" américains sont ainsi touchés par une baisse de 31% par rapport aux sommes allouées en 2016.

    Par ailleurs, les congressistes démocrates influents se sont déjà opposés au projet de budget du président américain. Selon eux, cette version est trop radicale et change toute la structure de la politique et de la diplomatie du pays. En un mot, Donald Trump aura du mal à faire passer son budget au congrès mais l'axe conservateur sur lequel il repose se reflétera d'une manière ou d'une autre dans le projet final de budget national.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Donald Trump est président depuis un mois: premier bilan
    Le renseignement US aurait-il quelque chose à cacher à Donald Trump?
    L'art de la poignée de main selon Donald Trump
    Donald Trump et le premier ministre nippon s’éclatent en Floride
    Tags:
    budget, défense, Donald Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik