Lu dans la presse
URL courte
Par
1362
S'abonner

Le 29 mars 1955, Iouri Knorozov publiait sa thèse décryptant l'écriture des Mayas.

Tout est parti d'un défi lancé par Paul Schellhas, célèbre scientifique allemand, qui déclarait que « l'écriture des Indiens mayas resterait un mystère à tout jamais ». Knorozov vivait et travaillait à la Chambre des curiosités (Musée d'ethnographie et d'anthropologie) de Saint-Pétersbourg et étudiait les artefacts quand il est tombé par hasard sur l'article de Paul Schellhas: le jeune homme a décidé d'élucider ce mystère.

Iouri Knorozov
© Sputnik . S. Soloviev
Iouri Knorozov

La tâche était incroyablement complexe. Tout d'abord, les colonisateurs espagnols ont brûlé pratiquement tous les livres des Mayas, ne laissant que trois codes — des manuscrits pliés en accordéon, collés et très abîmés que les Indiens avaient caché dans leurs tombeaux et grottes humides. De plus, il ne pouvait pas non plus se rendre au Mexique pour voir de ses propres yeux les dessins mystérieux sur les murs des anciennes pyramides.

Les seules sources du chercheur furent donc les livres du moine franciscain médiéval Diego de Landa, Les Codes des Mayas, édités au Guatemala, et La Relation des choses de Yucatan. Le moine avait communiqué avec les Indiens mayas peu de temps après la conquête du continent par les Espagnols, leur demandant d'écrire leurs lettres en face de chaque lettre latine. Knorozov a soudainement réalisé que les dessins des Mayas ne représentaient pas des notions comme le pensaient certains, que ce n'étaient pas des hiéroglyphes ou des lettres mais une tentative de retranscrire des sons. Par exemple, la lettre K donnait le son « ka ». Voilà donc comment avaient procédé les interlocuteurs de Landa: ils avaient écrit la sonorité de leurs lettres. Cette hypothèse géniale a permis de décrypter les inscriptions des Indiens mayas et de lire enfin ce que les anciens scribes voulaient dire au monde.

Hiéroglyphes Maya. Palenque (Mexique)
© Photo / pixabay
Hiéroglyphes Maya. Palenque (Mexique)

Knorozov a écrit une thèse pour exposer sa théorie, qui a bouleversé la communauté scientifique à tel point que l'auteur a immédiatement obtenu son doctorat. Ce que proposait Knorozov rendait réel le décryptage de l'écriture maya. Par la suite, les linguistes américains ont également reconnu que le scientifique russe avait raison. Tatiana Proskouriakova, qui a étudié les colonies indiennes mayas a réussi à lire la description de la vie des dirigeants mayas racontée par les hiéroglyphes sur le mur de pierre de l'ancienne ville de Palenque grâce à la méthode de Knorozov.

Iouri Knorozov a reçu un prix de l'État, mais seulement 20 ans après la découverte qu'il avait faite à l'âge de 30 ans. Il a enfin réussi à voir de ses propres yeux la patrie des Mayas à l'invitation du président guatémaltèque et le dirigeant du Mexique a remis à Knorozov l'ordre de l'Aigle aztèque — la plus haute récompense pour les étrangers.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Découverte archéologique unique en Crimée
Une statue de Ramsès II haute de 8 mètres découverte au Caire
Ce croquis attribué à un peintre mineur était un authentique Rembrandt!
Néfertiti aux côtés de Toutankhamon? Ultime tentative de percer le mystère
Tags:
mayas, décryptage, linguistique, Mexique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook