Ecoutez Radio Sputnik
    Doha

    Le Qatar sort de l'isolement et crée sa propre coalition dans le monde islamique

    CC0 / pixabay
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    30261796711

    Un tournant se profile à l'horizon dans la campagne de pression sans précédent lancée le 5 juin contre le Qatar par l'Arabie saoudite et ses alliés. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu s'est rendu hier en visite dans l'émirat, après que le président turc Recep Tayyip Erdogan a critiqué l'isolement dont était victime Doha.

    Plusieurs autres pays clefs de la région ont également refusé de soutenir la coalition antiqatarie. Dans ce contexte l'Arabie saoudite et l'Égypte, qui donnent le ton dans la campagne contre Doha, ont dû relacher la pression sur l'émirat. Selon le quotidien Kommersant.

    Erdogan à la rescousse

    Une semaine et demie après qu'une crise diplomatique très profonde a éclaté dans le Golfe, plaçant les alliés d'autrefois des deux côtés des barricades, le Qatar, isolé, a bénéficié d'un soutien explicite de deux acteurs clefs de la région: la Turquie et l'Irak.

    Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu s'est rendu hier en visite à Doha pour rencontrer son homologue qatari Tamim Ben Jassem al-Thani. Après cet entretien, la presse rapporte qu'il s'est envolé vers l'Arabie saoudite.

    Rappelons que Riyad a été l'un des principaux initiateurs de la démarche diplomatique à laquelle plus de dix pays arabes ont déjà adhéré à différents degrés. Certains États ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, d'autres ont annoncé une diminution du niveau des relations diplomatiques. Ces démarches faisaient suite à la publication, sur le site de l'agence de presse qatarie, d'un communiqué au nom de l'émir al-Thani sur la nécessité d'un rapprochement avec l'Iran chiite — le principal adversaire géopolitique des monarchies sunnites du Golfe.

    A la veille de la visite de Mevlüt Cavusoglu à Doha, le président Erdogan s'est posé en principal défenseur du Qatar. Devant les membres du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir, il a mis en garde les initiateurs du blocus contre les risques d'une telle politique « lourde de conséquences ». « L'isolement du Qatar est une erreur fatale contraire aux valeurs islamiques », a déclaré Erdogan. « Le Qatar a adopté une position intransigeante contre l'organisation terroriste État islamique sévissant en Turquie. Les persécutions contre le Qatar par une campagne lancée contre lui ne mèneront à rien de bon », a-t-il ajouté. Selon le chef de l'État turc, dans cette situation le « roi d'Arabie saoudite, en tant que leader des pays du Golfe, doit régler la crise ».

    Ainsi, les relations extrêmement tendues entre la Turquie et l'Iran, qui conserve pratiquement des relations d'allié avec le Qatar, n'ont pas empêché Ankara de rejoindre le même camp que Téhéran. Sachant que le président Erdogan n'a pas seulement pris la défense de l'émirat isolé en paroles mais aussi en actes: La semaine dernière il a signé une loi sur le déploiement au Qatar d'un contingent turc « pour le maintien de la stabilité dans la région ».

    Ankara a tout intérêt à régler la situation car la crise autour du Qatar pourrait se retourner contre la Turquie, notamment en créant de nouveaux foyers de déstabilisation et en réduisant son influence au Moyen-Orient.

    Dans le camp de Doha

    La déclaration du président Erdogan, qui a tenté de reprendre l'initiative à la coalition internationale formée contre le Qatar, a coïncidé avec celle du premier ministre irakien Haider al-Abadi. Ce dernier estime que les sanctions contre l'émirat « ne frappent pas les autorités mais le peuple ». Initialement Bagdad avait affiché une position neutre dans le conflit autour du Qatar, afin de rester à l'écart. Mais finalement les autorités du pays ont décidé d'adopter la même position que la Turquie. Le Koweït, Oman, le Maroc et la Jordanie refusent également de se positionner contre l'émirat.

    Grigori Kossatch, professeur à la faculté d'histoire, de politologie et de droit de l'Université d'État des sciences humaines de Russie, souligne que « le Qatar a des leviers de pression sur les pays où il existe de puissantes organisations représentant le mouvement islamiste Frères musulmans. En Jordanie les membres de ce mouvement sont représentés au parlement, et en Turquie les racines de l'AKP remontent aux Frères musulmans. » Dans le même temps, le politologue tunisien Youssef Cherif assure que « la coopération turco-marocaine, couplée aux efforts d'Oman et du Koweït, pourrait avoir un impact positif sur le règlement de la crise actuelle ».

    Le groupe de soutien au Qatar ne se limite pas aux pays du Moyen-Orient. En Asie du Sud, le premier ministre pakistanais Nawaz Sharif a été l'un des premiers à annoncer sa réticence à rompre les relations diplomatiques de son pays avec le Qatar.

    Enfin, Doha pourrait également bénéficier d'un soutien en Europe. « Les importateurs européens d'hydrocarbures qataris ne souhaitent pas que la situation se détériore dans la région et appellent déjà à régler le conflit au plus vite. Tout cela montre qu'autour du Qatar se forme une coalition alternative capable de s'opposer d'égal à égal à l'Arabie saoudite et à ses alliés », conclut Grigori Kossatch.

    L'évolution de la situation internationale autour du Qatar laisse entrevoir que les initiateurs du blocus font déjà marche-arrière, prenant conscience du fait qu'ils ne parviendront pas à isoler complètement l'émirat. Mercredi à Washington, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Joubeir a déclaré lors d'une conférence de presse conjointe avec le secrétaire d'État américain Rex Tillerson que « techniquement, il ne s'agit pas d'un blocus: nous avons autorisé une circulation libre d'un pays à l'autre et nous sommes prêts à fournir au Qatar de la nourriture et des médicaments si nécessaire ».

    Le Caire, autre initiateur du blocus, a également changé de ligne. Le ministre égyptien de l'Aviation civile Cherif Fathy a annoncé que son pays levait les restrictions contre les compagnies aériennes qataries sur l'utilisation de son espace aérien. De son côté, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a déclaré hier dans une interview à la radio allemande Deutschlandfunk que la crise diplomatique autour du Qatar ne devait pas dégénérer en guerre et que la stabilité devait être rétablie dans la région.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Lire aussi:

    Les pays du Golfe pris par la situation autour du Qatar, la guerre en Syrie stoppée
    La base turque au Qatar «protège l'ensemble du Golfe persique»
    Le Qatar veut maintenir des «relations positives» avec l'Iran
    Tags:
    isolement, islam, Qatar
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik