Ecoutez Radio Sputnik
    Mossoul

    Les USA pris au dépourvu par la défaite imminente de Daech

    © AFP 2018 Aris Messinis
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    591351

    Le monde chiite est en mouvement: l'armée irakienne a percé à Mossoul les premières lignes de défense des djihadistes de l’État islamique qui protègent la mosquée où le «nouveau califat» est né.

    La résistance chiite de l'Irak a connu son propre «Jour de l'Elbe» avec les troupes d'Assad à la frontière, et l'Iran a soudainement utilisé des missiles de croisière contre Daech. Le Pentagone est pris au dépourvu.

    Selon la chaîne Al-Sumaria, les forces irakiennes ont déjà avancé de 150 mètres dans la vielle ville de Mossoul en perçant les deux premières lignes de défense de l'EI.

    Actuellement, Daech contrôle uniquement la partie centrale de la vielle ville sur la rive ouest du Tigre autour de la mosquée al-Nuri — sur le balcon de laquelle Abou al-Baghdadi avait proclamé le califat et appelé tous les musulmans au djihad en 2014. Selon la revue en ligne Vzgliad.

    Sur une autre partie du front chiite, le groupe irakien Hachd al-Chaabi a occupé derrière la ville d'al-Rutba le poste frontalier al-Walid où il a rencontré les forces gouvernementales syriennes. Les premières images de fraternisation des chiites irakiens et des soldats syriens ont été diffusées par la chaîne iranienne Alalam, ce qui montre une fois de plus le rattachement des groupes chiites à Téhéran — et ce aussi bien en Irak qu'en Syrie. L'établissement d'une communication routière directe entre Damas et Bagdad est une très bonne nouvelle pour les habitants.

    Le commandement américain ne s'attendait manifestement pas à une telle évolution de la situation: aujourd'hui, sous ses yeux, se forme lentement mais sûrement le fameux «corridor chiite» de l'Iran jusqu'à la frontière d'Israël.

    De son côté, Téhéran n'a pas hésité à tirer des missiles balistiques de moyenne portée contre des bases de Daech. Plus exactement, le Corps des gardiens de la Révolution islamique a tiré depuis les provinces iraniennes de Kermanshah et du Kurdistan contre des cibles à proximité de Deir ez-Zor, c'est-à-dire à 500-700 km. Selon le communiqué officiel, cette frappe était une riposte à l'attentat du 7 juin à Téhéran qui avait fait 18 morts et 50 blessés.

    Tôt ou tard, la résistance de l'EI dans la vieille ville de Mossoul sera brisée — tout simplement à cause de la supériorité de la coalition américano-irakienne sur les djihadistes. Cela fera un problème de moins mais les autres persisteront. Et cette guerre dégénérera de plus en plus en course aux sites stratégiques à la frontière et à l'intérieur de la Syrie.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Lire aussi:

    «Une fois Mossoul libérée, on lancera une opération dans la province d’Al-Anbâr»
    163 civils fuyant Mossoul massacrés par Daech
    l’Unicef s’alarme du sort des 100.000 enfants des zones de Mossoul sous contrôle de Daech
    Gérard Chaliand: à Mossoul, les djihadistes «utilisent les civils comme boucliers humains»
    Tags:
    chiites, lutte antiterroriste, Etat islamique, Irak, Syrie, Mossoul
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik