Ecoutez Radio Sputnik
    COP21

    Où trouver un refuge contre une catastrophe naturelle imminente?

    © AP Photo / Christophe Ena
    Lu dans la presse
    URL courte
    Ridus le journal en ligne
    3138

    Ni la décision de Trump de quitter l'accord de Paris sur le climat ni le printemps anormalement froid sur une grande partie de l'Eurasie n'ont sapé la détermination des militants occidentaux à lutter contre les changements climatiques.

    Ces derniers continuent de croire dur comme fer au paradigme de l'origine anthropique du réchauffement climatique. Au-delà des débats sur l'origine des dérèglements, le climat change effectivement, les températures moyennes grimpent et il est absolument insensé d'ignorer ce fait. Selon le site d'info Ridus.

    Voyons où il vaudrait mieux vivre si ce fameux réchauffement s'aggravait réellement.

    Surtout pas en Europe

    Pratiquement toutes les prévisions futuristes sont défavorables pour l'Europe occidentale. Ainsi, selon le rapport publié l'an dernier par le Centre norvégien d'étude des problèmes climatiques CICERO, dans quelques années déjà — à partir de 2020 — le climat en Europe dégénérera complètement: les températures bondiront comme en cas de fièvre, les périodes de sécheresse alterneront avec des inondations et les ouragans destructeurs deviendront un phénomène habituel.

    La Méditerranée ne sera plus une station balnéaire

    La situation ne sera pas meilleure de l'autre côté de la Méditerranée. Selon les résultats d'une simulation sur ordinateur, au milieu du siècle toute l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient deviendront inconfortables et même inappropriés pour la vie de l'homme à cause de la canicule permanente.

    Opter pour le froid?

    Un autre pronostic n'est pas non plus rassurant pour l'Europe: la fonte active des glaces arctiques conduira à l'adoucissement du nord de l'Atlantique. Cela pourrait entraîner une entrée en contact de deux courants sous-marins: le Gulf Stream chaud et le Labrador froid (actuellement à des profondeurs différentes). Cela impactera l'agriculture (les vins français et allemands deviendront un produit exotique), il faudra reconstruire toute l'infrastructure, isoler les maisons, accroître le parc de matériel de déneigement et importer davantage de gaz.

    Des inondations en grand nombre

    Selon les prévisions des chercheurs, dans les dix prochaines années l'Arctique sera entièrement libérée des glaces en période estivale. Dans l'ensemble, d'après les experts de l'Onu, durant ce siècle l'océan montera de presque 6,5 mètres. Pour les Néerlandais, par exemple, il s'agira d'une véritable catastrophe car pratiquement tout leur pays sera immergé et aucun barrage ne permettra d'y remédier.

    Du Royaume-Uni il ne restera que l'Écosse, de la France de minuscules îles, tandis que les pays scandinaves se transformeront en archipels. Une mer fera son apparition en Australie, pratiquement toute l'Afrique du Nord sera submergée, y compris l'Égypte et une partie de la Turquie et de l'Iran.

    Bref, il est pratiquement impossible de trouver un endroit sur Terre où il fera bon vivre. Et même si un tel lieu était découvert, il serait submergé par une vague de migrants climatiques réduisant à néant tous ses avantages.

    On pourrait aussi assister au contraire: une ère glaciaire au lieu d'un réchauffement global. Mais la question est de savoir quand. Dans quelques décennies ou siècles? Le plus important est de ne pas paniquer trop tôt. Mais si quelqu'un à proximité commence à construire une arche, il faut le prendre au sérieux et réserver une place. Au cas où.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Lire aussi:

    Accord de Paris sur le climat: la COP22 adopte un programme de travail
    Pour la gauche française, Trump changera le climat politique mondial
    Le Parlement européen approuve l'accord de Paris sur le climat
    Climat: l'UE accepte une ratification accélérée de l'accord de Paris
    Tags:
    COP 21, États-Unis, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik