Ecoutez Radio Sputnik
    Conseil de sécurité de l'Onu. Archive photo

    Moscou ne soutiendra pas les sanctions contre la Corée du Nord

    © AP Photo/ Seth Wenig
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)
    706097737

    Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunira dans les jours à venir pour voter l'extension des sanctions contre la Corée du Nord, accusée de nouveaux essais de missiles. Pékin et Moscou ne sont pas de cet avis.

    Il s'agit d'imposer un embargo sur les livraisons d'hydrocarbures à Pyongyang et d'interdire aux ouvriers nord-coréens de travailler à l'étranger. «Ce document ne sera soutenu ni par Moscou ni par Pékin», a déclaré une source diplomatique russe. La Russie et la Chine proposent en effet leur propre plan pour normaliser la situation sur la péninsule coréenne — ce qui accroît la probabilité que les USA adoptent des sanctions secondaires contre les compagnies chinoises et probablement russes.

    Ce regain d'activité diplomatique autour de la péninsule coréenne est dû au nouveau lancement de missile par la Corée du Nord le 4 juillet, en réaction duquel les USA ont soumis une résolution aux membres du Conseil de sécurité mercredi dernier. La représentante américaine Nikki Haley notait qu'on saurait prochainement «si la Chine et la Russie seraient prêtes à soutenir les nouvelles sanctions». Comme l'a indiqué une source diplomatique russe, Moscou a déjà pris sa décision: pas question d'adopter des sanctions supplémentaires.

    La semaine dernière, durant la visite du président chinois Xi Jinping à Moscou, la Russie et la Chine ont présenté un plan conjoint pour normaliser la situation sur la péninsule coréenne, supposant un gel des nouveaux essais balistiques et nucléaires par Pyongyang parallèlement à l'abandon des manœuvres militaires des USA et de la Corée du Sud à proximité de la péninsule coréenne. Washington a déjà rejeté ce plan.

    D'ailleurs, les USA ne comptent pas vraiment sur l'adoption de la résolution au Conseil de sécurité sous sa forme actuelle. Car hormis les restrictions contre la Corée du Nord, Washington veut aussi fixer la nécessité de «décréter des sanctions unilatérales secondaires contre les pays qui mènent des affaires avec le régime». Il est avant tout question de la Chine et de la Russie.

    Selon un journal japonais, ces deux pays ont des liens commerciaux et économiques actifs avec Pyongyang qui, toutefois, ne vont pas à l'encontre des sanctions du Conseil de sécurité. En interdisant les importations de charbon nord-coréen la Chine a augmenté ses importations de fer (qui ont quadruplé au premier trimestre 2017). La Russie, pour sa part, a nettement accru ses livraisons de produits pétroliers en Corée du Nord: les ventes ont augmenté de 133% sur trois mois en glissement annuel.

    La Corée du Sud est également prête, pour l'instant dans le discours, à soutenir les sanctions secondaires. La ministre sud-coréenne des Affaires étrangères Kang Kyung-wha a annoncé que Séoul étaient «actuellement en consultations avec Washington à ce sujet». Malgré tout la Corée du Sud, dont le président Moon Jae-in a dit à plusieurs reprises être disposé à organiser une rencontre bilatérale avec son homologue nord-coréen Kim Jong-un, «pourrait endosser le rôle principal dans le rétablissement des canaux de communication avec son voisin du nord», a noté la chef de la diplomatie.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)

    Lire aussi:

    La Corée du Nord tire un nouveau missile balistique
    Washington recourra à la force face à Pyongyang en cas de besoin
    Séoul ne veut pas «engloutir» Pyongyang et se dit prêt à dialoguer
    Tags:
    sanctions, Conseil de sécurité de l'Onu, Nikki Haley, Corée du Nord, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik