Ecoutez Radio Sputnik
    Le 14 juillet, les touristes de l'hôtel Sunny Days El Palacio, qui se situe à Hurghada, ont été victimes d'une attaque

    La Russe attaquée en Égypte raconte comment elle a résisté à son assaillant

    © REUTERS/ Mohamed Abd El Ghany
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)
    93468330

    La touriste russe Elena Mikhaïlenko, qui a été attaquée par un criminel à Hurghada en Égypte, raconte son calvaire. Deux femmes ont été tuées avant qu'elle-même se fasse attaquer, mais elle a réussi à opposer résistance à l'homme armé qui s'en prenait à elle.

    «Je me suis allongée sur la plage avec mes écouteurs dans les oreilles, environ dix minutes plus tard j'ai entendu des cris. Quand je me suis retournée j'ai vu un Arabe foncer sur moi à toute allure. Je voyais ses énormes yeux enragés et son nez immense. Il y avait la mer mais c'était inutile d'y plonger car à cause des coraux je me serais écorchée tout le corps, cela aurait pu être pire. Je n'avais donc nulle part où m'enfuir», raconte Elena Mikhaïlenko.

    Au final, la Russe a dû se battre avec son assaillant.

    «Cela allait tant que j'étais debout, il m'a peut-être frappée quelques fois. Mais ensuite soit c'est lui qui m'a mise au sol, soit j'ai trébuché… Dans tous les cas c'était un massacre, comme on dit. Il s'est assis sur mes jambes et me frappait, alors que je me protégeais avec mes mains et me tortillais. Même s'il arrivait à m'atteindre je cherchais à le repousser, c'est pourquoi mes blessures ne sont pas très profondes. Je ne sais pas combien de temps cela a duré, mais je sentais qu'il m'avait atteinte au cou», explique Elena.

    La victime raconte que ses forces l'ont quittée plusieurs fois et qu'elle était prête à abandonner, mais que la pensée de son fils l'avait poussée à continuer à se battre.

    «Je me disais qu'il fallait se battre pour mon fils. Ensuite, j'ai réussi à lui échapper comme un serpent. Il a eu le temps de me frapper dans le dos avec son couteau et je me suis enfuie. La suite fut encore plus horrible. Je suis venue en pleine chaleur de la plage jusqu'à l'hôtel, qui était sur la deuxième ligne par rapport à la mer, et personne ne m'a aidée sur le chemin. Je suis arrivée à la réception, ils ont appelé une ambulance mais elle a mis beaucoup de temps pour arriver», se remémore la victime.

    Elena Mikhaïlenko souligne qu'elle a une profonde blessure au cou et que son bras droit est complètement lacéré à force de se défendre contre l'assaillant.

    Une attaque sur la plage

    Le 14 juillet, les touristes de l'hôtel Sunny Days El Palacio, qui se situe à Hurghada, ont été victimes d'une attaque. Le suspect a pénétré sur le territoire de l'hôtel depuis la plage voisine et s'en est pris aux passants au couteau. Deux citoyennes allemandes ont été tuées dans cette attaque, qui sont mortes pratiquement sur place.

    Elena Mikhaïlenko fut la suivante à être prise d'assaut. Quand le criminel s'est aperçu que la Russe ne se laissait pas faire, il a attaqué d'autres touristes. Heureusement, il n'a pas réussi à faire d'autres victimes.

    Elena a reçu une vingtaine de blessures au bras, son visage est également touché. Elle a accepté l'invitation du ministère égyptien de la Santé à l'hôpital du Caire afin de consulter des spécialistes, notamment des chirurgiens plastiques. Son traitement pourrait demander beaucoup de temps.

    Artem Poliakov, délégué aux affaires russes en Égypte, a commenté le comportement de la touriste russe au moment de l'attaque.

    «Notre compatriote a été très courageuse, elle a opposé une très forte résistance au criminel qui l'attaquait au couteau», a déclaré le diplomate. Selon lui, c'est précisément ce qui lui a sauvé la vie car le criminel ne s'attendait pas à rencontrer de résistance et s'est tourné vers d'autres personnes.

    Toute l'information

    RT a également réussi à contacter Alexandre Parkhomenko, l'ex-mari d'Elena Mikhaïlenko, qui a grandement apprécié le travail de l'ambassade de Russie en Égypte.

    «On vient de nous transmettre le numéro pour la joindre. Tout cela par notre service, par l'ambassade, le consul. Merci beaucoup, c'était très surprenant. Je les ai contactés dès que je l'ai su. J'ai téléphoné à l'ambassade — ils m'ont fourni les informations intégrales, puis ils m'ont écrit en ligne. Ils m'ont donné le numéro du médecin en chef. Les informations étaient complètes», a déclaré Alexandre Parkhomenko.

    Et d'ajouter qu'il avait interdit à son fils d'aller avec sa mère en Égypte précisément parce qu'il craignait pour sa sécurité dans ce pays.

    Selon lui, son ex-femme se sent mieux à l'heure actuelle et tente même de plaisanter.

    Un cas isolé

    L'assaillant est Abdul Rahman Shams Shaaban, 28 ans, diplômé de la faculté de commerce de l'université al-Azhar du Caire.

    Shaaban pourrait être lié au groupe État islamique (organisation terroriste interdite en Russie), mais hormis la version de l'attentat les enquêteurs étudient également celle d'un conflit ménager ou d'un trouble psychique.

    On sait également qu'avant cela le suspect n'était pas connu des forces de police égyptiennes. Il n'avait pas fait l'objet de poursuites pénales et n'avait pas été impliqué dans des affaires liées à l'extrémisme ou au terrorisme.

    Le gouverneur de la province de la mer Rouge Ahmed Abdallah a déclaré que cette attaque contre les touristes était un «cas isolé» et a félicité le travail des services de sécurité qui étaient parvenus à arrêter l'assaillant.

    L'agence fédérale du tourisme Rostourism a appelé les Russes à renoncer aux voyages autonomes en Égypte et à «évaluer objectivement les risques de séjour» sur le territoire de ce pays.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juillet 2017) (61)

    Lire aussi:

    Attaque au couteau en Égypte: l’assaillant de Hourghada était adepte de Daech
    Attaque au couteau en Égypte: trois pistes étudiées
    Berlin en colère après la mort de deux touristes en Égypte
    Tags:
    victimes, touristes, attaque, Russie, Hurghada, Egypte
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik