Lu dans la presse
URL courte
Par
Négociations sur le Brexit (2017) (148)
729
S'abonner

David Davis, le ministre britannique chargé de la sortie de l'UE, a rencontré le représentant de la Commission européenne Michel Barnier à Bruxelles pour faire le point sur le second cycle de pourparlers concernant la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

En dépit d'un certain progrès constaté par les deux politiciens, de sérieuses contradictions continuent de diviser Londres et Bruxelles.

«Le premier cycle fut celui de l'organisation, cette semaine nous sommes passés à la présentation, et le troisième cycle doit être celui de la clarification», a déclaré Michel Barnier lors d'une conférence de presse jeudi 20 juillet. Face aux journalistes, le Français a également déploré plusieurs fois l'absence de clarté dans la position britannique sur plusieurs sujets.

Le deuxième cycle de négociations sur le Brexit a démarré en début de semaine, le 17 juillet. Pendant les débats, les parties ont évoqué les trois thèmes principaux du dossier: premièrement, les garanties de la pérennité des droits des citoyens de l'UE qui résident au Royaume-Uni, ainsi que des citoyens britanniques qui se trouvent en Europe; deuxièmement, le règlement de toutes les obligations de Londres vis-à-vis de l'UE dans le cadre des projets communs; et, troisièmement, la mise en place d'une «frontière souple» entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande pour assurer une circulation libre entre les deux territoires.

A l'heure actuelle, les parties divergent sur plusieurs points. Ainsi, Barnier et Davis n'ont pas réussi à déterminer qui veillerait au respect des garanties relatives aux droits des citoyens après le Brexit. La Commission européenne insiste pour que cette juridiction soit attribuée à la Cour européenne alors que David Davis et la première ministre britannique Theresa May veulent que les garanties des droits des Européens soient fixées au niveau de la loi internationale et que ce soit les juges britanniques, et non européens, qui veillent à leur respect.

Michel Barnier a également souligné que la position britannique concernant le règlement de ses obligations financières et la frontière de l'Irlande du nord restait «floue». Il a appelé Londres à «élaborer une stratégie plus claire» pour régler ces difficultés.

Pour sa part, David Davis a remis en question la position trop intransigeante de la Commission européenne en ce qui concerne le «solde des comptes» britanniques dans le cadre du Brexit. Le ministre a appelé l'UE à faire preuve de «souplesse». Mais, comme l'a déclaré le Français à son collègue britannique, au regard de l'absence de progrès notable dans le dialogue il ne peut être question d'aucune concession. «Je comprends qu'il faille faire des compromis dans les négociations, mais pour le moment nous n'y sommes pas prêts», a-t-il déclaré.

Par ailleurs, Michel Barnier a reconnu que le règlement des différends sur les «comptes» que Londres doit solder pourrait donner une bonne impulsion aux débats: «Si nous arrivions à trouver une entente sur les obligations financières, cela nous aiderait à trouver des compromis dans les négociations dans l'ensemble».

Rappelons que si le Royaume-Uni et les 27 pays membres de l'UE ne trouvaient pas un accord formel sur les conditions de leur «divorce», Londres devrait interagir avec ces États conformément aux conditions de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). En outre, les droits des Britanniques résidant en UE et des migrants européens dans le royaume ne seraient pas protégés.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Négociations sur le Brexit (2017) (148)

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Tags:
Brexit, Commission européenne, David Davis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook