Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (août 2017) (72)
19125
S'abonner

Selon un rapport confidentiel de l'Onu sur les violations du régime de sanctions contre la Corée du Nord, en six mois cette année deux livraisons ont été identifiées en provenance de Corée du Nord vers le Centre de recherche et d'études scientifiques de Syrie (SSRC).

Pyongyang
© Sputnik . Ilya Pitalev
Cependant, le document à disposition des journalistes de l'agence Reuters ne comporte aucune preuve directe et ne précise pas la nature des chargements livrés en Syrie. Selon les experts, ces accusations sont un prétexte pour les États-Unis qui veulent «mener activement leur politique militaire en Syrie». Selon le site de la chaîne RT.

«Le groupe d'experts enquête sur les informations relatives à la coopération entre la Corée du Nord et la Syrie dans le domaine de l'arme chimique interdite, des missiles et des armements conventionnels», selon un extrait du rapport cité par l'agence de presse.

La commission indépendante de l'Onu suppose que ces fournitures pourraient s'inscrire dans le cadre d'un contrat entre la compagnie minière nord-coréenne (KOMID) et la Syrie.

La compagnie KOMID a été inscrite sur la liste noire de l'Onu en 2009. Les spécialistes avaient alors qualifié Pyongyang de «principal fournisseur d'armes et exportateur d'équipements balistiques». De plus, en mars 2016, le Conseil de sécurité des Nations unies avait ajouté sur la liste noire deux représentants de la KOMID en Syrie.

En janvier 2016, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a rapporté la destruction totale de l'arsenal chimique syrien. Néanmoins, la Maison blanche continue d'accuser les autorités syriennes d'usage de l'arme chimique.

Selon Evgueni Kim du Centre d'études coréennes de l'Institut d'Extrême-Orient, les accusations infondées de coopération entre la Corée du Nord et la Syrie dans le domaine militaro-chimique «sont un prétexte pour les USA, qui veulent mener activement leur politique militaire en Syrie».

«Les USA cherchent un prétexte, notamment l'usage de l'arme de destruction massive par la Syrie, pour attaquer les forces armées syriennes. Mais Damas n'en a absolument pas besoin: il a renoncé depuis longtemps à l'arme chimique et ne veut pas anéantir son peuple», estime l'expert.

Ce dernier note que la Corée du Nord n'est pas non plus intéressée par les fournitures de substances toxiques mais que «Washington continue d'insister sur cette version qui lui convient».

Semen Bagdassarov, directeur du Centre d'études du Moyen-Orient et de l'Asie centrale, remarque qu'en agissant ainsi les USA créent une toile de fond médiatique pour les futures opérations militaires.

Pendant ce temps, la Syrie dénonce les violations flagrantes de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques par les USA et le Royaume-Uni, qui ont été ignorées pour l'instant par les experts indépendants de l'Onu.

La semaine dernière, le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Faysal Miqdad a déclaré en conférence de presse à Damas que les substances toxiques découvertes dans les quartiers libérés de la capitale syrienne et dans les entrepôts des terroristes à Alep étaient d'origine américaine et britannique.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (août 2017) (72)

Lire aussi:

Crise du Covid: «leur stratégie de déni ne fait que renforcer la défiance des Français à l’égard des politiques»
Un professeur juge le décolleté d'une collégienne de 14 ans provocant, elle se sent «humiliée» - photo
Marseille: manifestation contre les nouvelles mesures sanitaires - vidéo
20 pompiers accusés de viols sur une adolescente: la mère de Julie enrage contre la justice
Tags:
armes chimiques, ONU, Corée du Nord, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook