Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)
22865
S'abonner

Le président américain Donald Trump est attendu aujourd'hui en Chine. Une grande partie des pourparlers sera consacrée à la Corée du Nord et on s'attend à ce que le président américain exhorte son homologue chinois à durcir la pression sur Pyongyang.

Mais le président chinois Xi Jinping souhaite un accord plus large visant à ce que les deux pays partagent la responsabilité des affaires internationales.Il n'est pas encore question d'un duumvirat mais de la reconnaissance du leadership de la Chine en Asie par les Américains, écrit mercredi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Les dirigeants chinois revendiquent un statut d'égalité avec les présidents américains depuis longtemps. Mais Xi Jinping souhaite aller encore plus loin et souhaite établir des relations particulières avec l'Amérique, ce qui signifierait la reconnaissance de la Chine en tant que deuxième grande puissance dans le monde bipolaire en formation.

Donald Trump. Archive photo
© AP Photo / Alex Brandon
L'administration de l'ex-président américain Barack Obama avait refusé de jouer à ce jeu parce qu'il impliquait un retrait de l'Amérique d'Asie. Mais le New York Times affirme que Xi Jinping pourrait recevoir une réponse plus favorable de la part de Donald Trump. Pékin n'a pas oublié que ce dernier a souvent accusé la Chine de concurrence commerciale déloyale et sait que, pendant sa visite au Japon deux jours avant, il a juré de construire une «zone libre et ouverte des océans Indien et Pacifique». Cette formulation sous-entend que les USA comptent s'appuyer sur leurs alliés démocratiques dans la région afin de faire contrepoids à l'ascension de la Chine.

Mais dans le même temps, Trump parle de la Chine sur un ton extrêmement respectueux et a élevé Pékin au rang d'acteur central dans le règlement de la crise nucléaire nord-coréenne. On pourrait même percevoir des signes d'admiration réciproque entre les deux dirigeants. Après tout, ils s'efforcent tous les deux de rétablir la grandeur de leur pays.

Le directeur de l'Institut d'Extrême-Orient affilié à l'Académie des sciences de Russie Alexandre Larine analyse la situation: «Lors du 19e congrès du Parti communiste la Chine a revendiqué le leadership mondial. C'est un défi direct lancé aux USA. La Chine est convaincue de pouvoir rattraper et dépasser les USA. Il est évident qu'au fur et à mesure que la puissance nationale de la Chine grandira, sa rivalité avec les USA s'aggravera. Leur lutte prendra une place de plus en plus grande dans la politique mondiale. Auparavant ce sont les USA et l'URSS qui étaient impliqués dans une telle compétition. Maintenant on peut parler d'une nouvelle adversité entre deux superpuissances.»

L'idée d'un monde multipolaire intéresserait peu la Chine. Dans son rapport devant le congrès du PC, Xi Jinping n'a mentionné ce terme qu'une fois, souligne l'expert. Pékin et Washington s'attendent tous les deux à une hausse de la rivalité. Pendant les pourparlers, Trump soulèvera certainement la question du format des futures relations entre les USA et la Chine.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)

Lire aussi:

Des millions de voitures pourraient être prochainement exclues de la circulation dans les grandes villes de France
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
L’Iran suspend sa coopération avec l’UE dans plusieurs domaines
«Reprendre le pouvoir»: «Une partie des endormis va se réveiller», prédit François Boulo
Tags:
The New York Times, visite, Donald Trump, Xi Jinping, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook