Ecoutez Radio Sputnik
    Robert Mugabe

    Le déclin de l'«ère Mugabe»

    © REUTERS / Howard Burditt
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Crise au Zimbabwe (13)
    302

    Cette semaine, le Zimbabwe, qui est l'un des pays les plus pauvres du monde malgré ses immenses réserves de diamants, d'or et de platine, s'est soudainement retrouvé sous le feu des projecteurs.

    Les militaires, qui ont servi d'appui pendant des décennies au président Robert Mugabe, ont écarté du pouvoir le chef de l'État de 93 ans et sa femme Grace supposée lui succéder. Les experts sont convaincus que la situation ne peut pas s'aggraver plus que sous le règne de Mugabe et que par conséquent, les changements à venir ne peuvent qu'être positifs, écrit jeudi le quotidien Izvestia.

    Tout a commencé par le renvoi du vice-président Emmerson Mnangagwa le 7 novembre dernier. Il était évident pour tout le pays que ce dernier était victime de la lutte pour le pouvoir et notamment des intrigues de la femme du président, Grace Mugabe. A l'approche des élections de 2018, on prédisait que le vice-président était favori pour succéder à Robert Mugabe.

    Mais, malheureusement pour Emmerson Mnangagwa, l'épouse du chef de l'État Grace Mugabe revendiquait également le pouvoir suprême au Zimbabwe.

    Le limogeage d'Emmerson Mnangagwa a provoqué un mécontentement sans précédent au sein de l'armée. Sachant qu'à cause d'une profonde crise économique l'État ne paie que les policiers, les militaires et les gardiens de prison.

    En présence de 90 généraux, le chef d'état-major Constantine Chiwenga, partisan d'Emmerson Mnangagwa, a ouvertement appelé le président Mugabe à cesser les nettoyages au sein du parti au pouvoir.

    Aujourd'hui, les représentants de l'armée ont déclaré à la télévision qu'ils n'avaient pas commis de coup d'État. Néanmoins, l'aéroport, plusieurs bâtiments gouvernementaux et la résidence du président dans la banlieue de la capitale ont été cernés. Le président et sa femme ont été confinés à leur domicile.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Crise au Zimbabwe (13)

    Lire aussi:

    De 1917 à 2017, retour sur les coups d’État militaires les plus marquants
    Zimbabwe: le parti au pouvoir nomme son candidat à la présidence en remplacement de Mugabe
    Mugabe: une présidence aux erreurs fatales
    Tags:
    Emmerson Mnangagwa, Robert Mugabe, Zimbabwe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik