Ecoutez Radio Sputnik
    Markus Frohnmaier

    Député du Bundestag: «Les sanctions ont fait perdre à l'Allemagne plus de 42.000 emplois»

    © AP Photo / Ferdinand Ostrop
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)
    4242

    Le parti d'extrême-droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) est entré pour la première fois au Bundestag.

    Avec 12,6% des suffrages aux législatives, il a décroché 94 des 709 sièges de l'assemblée et en est aujourd'hui la troisième force, écrit vendredi 24 novembre le quotidien Izvestia. Le député Markus Frohnmaier, responsable de l'appareil de l'AfD pendant la campagne, évoque en interview les difficultés liées à la formation du nouveau gouvernement, la reconnaissance de la Crimée, l'expansion de l'Otan, le règlement de la crise migratoire et l'initiative d'un régime sans visa avec la Russie.

    Le gouvernement n'a toujours pas été formé depuis les législatives. Sur ce fond, la cote de popularité du bloc CDU/CSU a atteint son plus bas niveau depuis six ans.

    «Les démocrates chrétiens ont pratiquement sacrifié leur plate-forme politique pour n'atteindre qu'un seul but: faire réélire Angela Merkel. Sachant que pendant les négociations elle n'a mentionné aucune de ses promesses de campagne. Les électeurs conservateurs, ayant déjà voté pour la coalition CDU/CSU malgré eux, se sentent trahis», déclare Markus Frohnmaier.

    Et de poursuivre: «Selon les estimations des entreprises allemandes, l'Allemagne a perdu plus de 42.000 emplois à cause des sanctions. Certaines compagnies ont même fait faillite. Il est évident que les sanctions nuisent sérieusement à l'économie et empêchent l'amélioration de la vie des citoyens allemands. Après tout, la vente de produits de qualité sur les marchés étrangers a toujours été la base de l'économie allemande».

    La levée des sanctions antirusses est un élément important de la ligne de l'AfD en politique étrangère. «C'est pourquoi je peux affirmer que notre parti avancera une telle initiative. La question criméenne est plus complexe. Selon la plupart des avocats occidentaux le rattachement de la Crimée à la Russie est contraire au droit international. Je trouve cette question discutable. Après tout, l'Occident n'a pas jugé la séparation du Kosovo comme une violation de la souveraineté territoriale de la Serbie. Mais sur fond de réflexions d'avocats, il existe une réalité politique. La Crimée fait partie de la Russie et cela ne changera pas», indique le député allemand.

    La crise migratoire fait partie des principaux problèmes de l'UE aujourd'hui. L'AfD propose avant tout, au niveau politique, de stopper la vague de migration clandestine en fermant les frontières de l'Allemagne. Deuxièmement, le parti exige de déporter immédiatement d'Allemagne tous les clandestins vers leur pays d'origine. Plus de 200.000 personnes sont reconnues illégales sans pour autant que l'État fasse quoi que ce soit. Troisièmement, il préconise de «déplacer les réfugiés qui ont fui les persécutions politiques et religieuses vers des régions sûres en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, et de leur apporter un soutien».

    Quant à l'Otan, Markus Frohnmaier dit mépriser la politique agressive de l'Alliance contre la Russie: «L'opposition à la Russie ne fait pas partie des intérêts nationaux de l'Allemagne car Berlin et Moscou ont entretenu des bonnes relations pendant des siècles. L'Alliance doit mener un dialogue avec la Russie au lieu de faire avancer ses troupes et ses bases plus loin vers l'est. La Russie n'a jamais bafoué la souveraineté des États membres de l'Otan, c'est pourquoi il n'existe aucun argument valable pour considérer la Russie comme un agresseur».

    «Je compte également soumettre au Bundestag une proposition sur la signature d'un accord sur la suppression des visas avec la Russie. Je pense que mes collègues du parti soutiendront cette idée. La mise en place d'une zone de libre-échange de Lisbonne à Vladivostok est mon rêve. Ainsi, l'Europe cessera de s'orienter uniquement sur la coopération transatlantique et une nouvelle perspective eurasiatique s'ouvrira à elle», conclut le député allemand.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (novembre 2017) (72)

    Lire aussi:

    Sanctions antirusses: l'Allemagne aurait perdu plus de 60.000 emplois
    L’économie allemande paye au prix fort les sanctions antirusses, selon un député
    Alexander Gauland: «Tôt ou tard, l'Occident se fera à l’idée d’une Crimée russe»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik