Ecoutez Radio Sputnik
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan

    Erdogan se brouille avec Israël et les USA

    © REUTERS / Yasin Bulbul/Presidential Palace
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (décembre 2017) (57)
    3612113

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a qualifié Israël «d’État infanticide» et les États-Unis de «complices de ce crime».

    Une nouvelle brèche est apparue dans les relations entre Ankara et Tel-Aviv, qui s'étaient améliorées depuis un an et demi sous la pression des USA, écrit mardi 12 décembre le quotidien Izvestia. Mais ce n'est pas une première pour Erdogan: depuis qu'il est au pouvoir, cela fait trois fois qu'il se réconcilie et se brouille avec l'État hébreu.

    «Je n'ai pas de leçons de morale à recevoir d'un dirigeant qui bombarde des villages kurdes en Turquie, emprisonne des journalistes, aide l'Iran à contourner les sanctions internationales et aide des terroristes à tuer des innocents, notamment à Gaza», a déclaré le premier ministre Benjamin Netanyahu dimanche 10 décembre après son entretien avec le président français Emmanuel Macron à Paris.

    Le président turc a réagi dans la matinée: «La Palestine est une victime innocente. Nous ne laisserons pas Jérusalem à la merci d'un pays qui tue des enfants. Israël est un État terroriste, oui, terroriste! Occuper et tuer: c'est tout ce qu'ils savent faire. Ils n'ont pas d'autres valeurs!»

    La décision du président américain Donald Trump, qui a reconnu Jérusalem en tant que capitale israélienne et a décidé d'y faire déménager l'ambassade américaine, a porté ses premiers fruits. A peine améliorées, les relations entre la Turquie, État membre de l'Otan protégeant le flanc sud de l'Alliance, et Israël, principal allié des USA au Moyen-Orient, se sont fortement dégradées.

    «En reconnaissant Jérusalem en tant que capitale d'Israël, les USA assument une part de responsabilité pour le sang qui est versé aujourd'hui», a déclaré le président turc.

    Cette fois, Erdogan souhaite visiblement titiller le lion américain. C'est un jeu dangereux. Si le président turc parvenait à sortir vainqueur de cette partie, il renforcerait significativement ses positions dans la région. Sinon, la Turquie risque de perdre tout le capital qu'elle a accumulé en politique étrangère ces dernières années au Moyen-Orient.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (décembre 2017) (57)

    Lire aussi:

    Un homme armé d’un couteau commet une agression à Villejuif, il aurait crié «Allahu Akbar»
    Madonna et les candidats islandais sortent un drapeau palestinien lors de l’Eurovision en Israël (images)
    Une explosion vise un car de touristes près des pyramides en Égypte (photos)
    Tags:
    Donald Trump, Emmanuel Macron, Benjamin Netanyahu, Recep Tayyip Erdogan, Iran, Jérusalem, Palestine, États-Unis, Israël, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik