Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (décembre 2017) (57)
304
S'abonner

«Nous devons cesser de passer pour des idiots aux yeux de la nation. J'aime Alabama, mais il faut tirer un trait quelque part. Nous ne sommes pas un groupe de crétins finis», a déclaré Charles Barkley, ex-joueur afro-américain de basketball, en s'adressant aux habitants de l'Etat de l'Alabama.

Cela date de début décembre et il était question des élections de sénateur en Alabama, écrit mardi 26 décembre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Deux candidats représentaient traditionnellement l'Alabama: le représentant ultraconservateur du parti républicain Roy Moore et le libéral Doug Jones du parti démocrate pour lequel appelait à voter Charles Barkley pendant son discours.

Durant toute la campagne la plupart des Américains étaient terrifiés par le candidat républicain Roy Moore. Pendant ses discours il idéalisait ouvertement l'époque de l'esclavage en Alabama en déclarant que le protestantisme est une panacée contre tous les problèmes sociaux, y compris le terrorisme qu'il estime être une punition divine pour l'athéisme des Américains. Sans oublier que le religieux Moore était opposé au droit à l'avortement.

Alors que son rival, Doug Jones, est connu en Alabama en tant que procureur fédéral qui a condamné au début des années 2000 deux membres du KKK impliqués dans les années 1960 dans une explosion dans une église noire qui a coûté la vie à quatre fillettes. De plus, il s'était battu pour le droit des femmes à l'avortement.

Il y a encore quelques semaines le libéral Jones n'avait pratiquement aucune chance de gagner dans l'Etat conservatif, raciste, religieux et inculte de l'Alabama.

Mais un miracle s'est produit: plusieurs femmes âgées ont fait leur apparition sur la scène politique en affirmant que Moore les a harcelées quand elles étaient adolescentes.

Puis il s'est avéré qu'à cause de ses harcèlements de fillettes Moore âgé de 35 ans a été interdit d'entrer au centre commercial local, ce qui a été confirmé par la police de l'Etat. Moore niait tout en bloc en expliquant les accusations par les ruses des ennemis libéraux.

Un démocrate n'avait encore jamais remporté la victoire en Alabama depuis un quart de siècle. Mais les accusations de harcèlement visant le candidat républicain ont fait vaciller les mœurs de cet Etat.

En voyant que les choses tournent mal, le président américain Donald Trump a pris la défense de Roy Moore, alors que lui-même a été accusé d'agression sexuelle par 19 femmes.

Néanmoins aux élections du 12 décembre la victoire a été remportée par le démocrate Doug Jones avec une avance de 1,5% sur son rival. Les Afro-Américains, les jeunes et les mères blanches ont voté pour le démocrate. Les hommes blancs ont voté pour Moore. De nombreux électeurs républicains confus par les accusations visant Moore sont restés chez eux et ne sont pas venus voter.

Ni le racisme ni l'obscurantisme ni le mépris de Moore pour la loi américaine n'ont joué un rôle aussi conséquent que les accusations de harcèlement.

Roy Moore n'a pas eu de chance: il a été balayé par une vague sans précédent d'accusations d'agression sexuelle lancée par les femmes contre les hommes au pouvoir.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (décembre 2017) (57)

Lire aussi:

Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
Les bars ne rouvriront pas avant le 1er février, selon Europe 1
Tags:
candidats, harcèlement sexuel, élections, racisme, Charles Barkley, Roy Moore, Doug Jones, Alabama, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook