Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (décembre 2017) (57)
9337
S'abonner

Les Etats-Unis, ayant leurs propres intérêts au Moyen-Orient, pourraient considérablement gêner les démarches de la Russie pour initier un processus de paix en Syrie.

Les sources kurdes et arabes rapportent que le président américain Donald Trump a approuvé le plan de fournitures d'armements pour 393 millions de dollars aux Forces démocratiques syriennes (FDS) dont le noyau constituent les forces d'autodéfense kurdes, écrit le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

L'information sur des fournitures d'armes à l'opposition syrienne par les USA va à l'encontre des affirmations du chef du Pentagone James Mattis qu'après la défaite de Daech les Américains n'armeraient par les forces d'autodéfense kurdes (YPG). Les autorités turques qui considèrent les unités kurdes participant aux FDS comme terroristes seront probablement les premières à exiger des explications de Washington à ce sujet. C'est à la requête d'Ankara pendant les négociations intersyriennes d'Astana que les représentants des YPG n'ont pas été inscrits sur la liste pour participer au Congrès du dialogue national syrien à Sotchi. Comme l'a rapporté l'agence de presse turc Anadolu, Ankara a admis la participation à ce Congrès uniquement des représentants du Conseil national kurde syrien en tant que «structure qui n'est pas liée à l'activité terroriste».

L'analyse de la situation en Syrie et autour indique que le risque d'une grande guerre civile se maintient dans le pays. Et ce risque est précisément dû au fait qu'en 2018 Washington continuera d'amer les opposants au président syrien Bachar al-Assad.

Le quotidien américain Daily News affirme que dans le budget de la défense signé par Donald Trump pour l'an prochain l'aide militaire pour l'opposition syrienne s'élèvera à 500 millions de dollars, car outre les fournitures d'armements (393 millions de dollars) Washington a l'intention de poursuivre la formation de combattants syriens, et à ces fins il est prévu de dépenser plus de 100 millions de dollars.

Selon cette revue, l'aide militaire ne sera pas accordée uniquement aux unités des FDS, mais également à d'autres structures d'«opposition modérée», y compris l'Armée syrienne libre (ASL). Ces troupes ont déjà annoncé qu'elles ne participeront pas au Congrès du dialogue national syrien, ce qui joue en faveur des Américains qui veulent empêcher le renforcement du pouvoir d'Assad en Syrie. Au total, d'après Daily News, les effectifs des unités d'opposition proaméricaines l'an prochain pourraient dépasser 30.000 combattants. Il s'agit d'une véritable armée capable de déclencher une guerre civile à part entière contre Assad. La situation est d'autant plus grave que plusieurs unités de l'ASL, notamment ceux qui combattent les FDS, sont soutenues par la Turquie. Se référant à leurs sources turques les médias ont rapporté hier que les leaders de plus de 50 tribus syriennes s'étaient réunis hier à Reyhanli (Turquie) pour évoquer la «coopération avec les combattants de l'ASL soutenus par Ankara contre le gouvernement syrien, ainsi que les unités kurdes YPG».

Dans le même temps, en dépit du retrait d'une grande partie du contingent russe de Syrie, l'aviation russe a continué de porter des frappes intensives contre les adversaires d'Assad dans les provinces de Damas, d'Idleb et de Homs.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (décembre 2017) (57)

Lire aussi:

Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Après son tweet sur Macron au théâtre, Bouhafs dit avoir «une vidéo terrible» du couple en fuite
Le coup de semonce des anglophones aux pays détenteurs du franc CFA
Un énorme husky joue avec un minuscule chaton – vidéo
Tags:
armements, Kurdes, Unités de protection populaire kurdes (YPG), Forces démocratiques syriennes (FDS), Bachar el-Assad, États-Unis, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik