Ecoutez Radio Sputnik
    Base aérienne russe de Hmeimim, en Syrie

    Qui est derrière l'offensive contre la base aérienne russe de Hmeimim en Syrie?

    © Sputnik. Dmitry Vinogradov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (janvier 2018) (30)
    12373

    Le groupe terroriste Front al-Nosra était derrière les attaques contre la base aérienne russe de Hmeimim: le ministère syrien de la Défense note que c'est précisément cette organisation qui contrôle les régions d'où est venue l'offensive.

    Une source militaro-diplomatique souligne que le ministère russe de la Défense soupçonne également les terroristes de ce groupe, et le parlement syrien est aussi de cet avis. Selon le quotidien Izvestia.

    D'après le général de brigade Samir Suleiman, directeur du bureau de l'information de la direction politique du ministère syrien de la Défense, le Front al-Nosra fait tout pour stopper l'offensive menée par l'armée syrienne, avec le soutien des militaires russes, contre les positions des terroristes à Idleb.

    «A l'heure actuelle le Front al-Nosra contrôle entièrement Idleb, ainsi que les régions frontalières avec d'autres provinces, y compris Lattaquié d'où ont été lancées des attaques contre la base russe de Hmeimim. Il s'agit du principal groupe dans cette région, qui reçoit une aide des USA. D'autres bandes armées comme l'Armée syrienne libre, Faylaq al-Rahman et d'autres sont toutes subordonnées au Front al-Nosra», a noté le général.

    Le parlement syrien ne doute pas non plus que ce groupe se trouve derrière l'attaque.

    «Le Front al-Nosra est derrière les attaques. Elles viennent en réaction de l'avancée de l'armée syrienne soutenue par l'aviation russe depuis le nord-est de la province de Hama en direction de la province d'Idleb. Ces derniers jours, les terroristes ont perdu le contrôle de plus de 90 localités. Les terroristes commettent ce genre d'attaques car ils sont dans une situation difficile», a déclaré le député syrien Mohammed Ali al-Haj Ali.

    D'après lui, il est fort probable que les drones qui ont servi à l'attaque aient été fournis à Nosra par les USA, puisque ces derniers ont «beaucoup d'expérience dans la production de tels appareils».

    Le ministère russe de la Défense a annoncé hier que «pendant l'attaque du drone terroriste contre les sites militaires russes en Syrie, un avion de reconnaissance américain Poseidon a patrouillé pendant plus de quatre heures entre Tartous et Hmeimim à 7.000 m d'altitude».

    Ces deux dernières semaines, les terroristes ont visé la base russe de Hmeimim à deux reprises. La première attaque a été perpétrée le 31 décembre 2017. A la tombée de la nuit, les positions des militaires russes ont été bombardées par des mortiers, faisant deux morts.

    Une autre attaque a été lancée dans la nuit du 5 au 6 janvier 2018 par 13 drones.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (janvier 2018) (30)

    Lire aussi:

    Un nouveau chaudron est en préparation contre les terroristes en Syrie
    Qui sera le prochain adversaire de Damas après la victoire sur Daech?
    Lavrov désigne l’ennemi principal en Syrie aidé «de l’extérieur»
    Tags:
    attaque, Front al-Nosra, Hmeimim, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik