Ecoutez Radio Sputnik
    Des soldats américains au Vietnam

    Les USA n'ont tiré aucune leçon de la guerre du Vietnam

    © AP Photo /
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (janvier 2018) (51)
    12273

    Le Vietnam célèbre une date importante dans l'histoire de sa lutte pour l'indépendance: le 50e anniversaire de l'offensive du Têt, lancée le jour du Nouvel an selon le calendrier lunaire.

    Après cette offensive menée par l'armée du Front national de libération du Vietnam du Sud (FNL) du 21 au 31 janvier 1968, la prise de l'ancienne capitale et celle du centre culturel du pays sur la rivière des Parfums, la situation s'est renversée dans la guerre de Résistance. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Au cours de l'été 1967, il était devenu évident que la guerre se prolongeait au Vietnam du Sud et que l'ampleur de l'intervention américaine grandissait. En juillet, les autorités du Vietnam du Sud ont décidé de renoncer à la stratégie d'épuisement des troupes américaines et saïgonnaises dans la longue guerre et d'intensifier les offensives pour rapprocher la guerre de sa fin victorieuse grâce à une grande opération réussie. C'est ainsi que s'était justement terminée la première guerre de la Résistance contre les colonisateurs français après la bataille de Dien Bien Phu en mai 1954.

    La préparation de l'offensive a commencé pendant l'automne 1967 par plusieurs batailles sanglantes qui semblaient insensées dans différentes régions du pays. Mais leur véritable objectif, conformément à toutes les règles de l'art militaire, consistait à détourner l'attention de l'ennemi de l'attaque principale. C'est avec ce même objectif que, le 21 janvier 1968, les forces du FNL ont assiégé la base de Marines de Khe Sanh. Dans la matinée du 30 janvier, des offensives ont été lancées contre les bases de Da Nang, de Pleiku et de Nha Trang, ainsi que dans neuf villes du centre du pays. Dans la nuit du 30 au 31 janvier a été bombardé le palais présidentiel de Saïgon, le QG de l'armée saïgonnaise, l'aéroport, l'ambassade des USA et d'autres sites. Des unités locales de résistance se sont activées en même temps dans différentes parties du pays. Mais l'attaque principale a été lancée pendant la fête du Têt le 30 janvier, dans la ville de Hué au centre du Vietnam. Cette dernière a été entièrement libérée par le FNL et est restée sous son contrôle pendant près d'un mois, jusqu'au 25 février.

    Les images de l'attaque contre l'ambassade américaine à Saïgon ont fait grande impression aux USA. Le mouvement opposé à la guerre a pris de l'envergure en Amérique, en pleine année d'élection présidentielle. Au final, Lyndon Johnson a renoncé à briguer un second mandat, une pause a été marquée dans les bombardements au Vietnam et il a été proposé d'entamer les négociations. Le gouvernement vietnamien a accepté cette proposition, ce qui a permis d'ouvrir les négociations qui ont débouché sur les accords de Paris de 1973 et sur le retrait des troupes américaines du Vietnam.

    Cette défaite des USA a prouvé en pratique que, dans la seconde moitié du XXe siècle, la force militaire a cessé d'être le «prolongement de la politique étrangère par d'autres moyens». Dans une guerre limitée elle ne pouvait plus — ou du moins ne devait plus — être considérée comme un moyen pour atteindre des fins politiques.

    A première vue, les Américains en ont tiré les conclusions — il n'y a plus eu aucun Vietnam. Mais la réalité actuelle montre, malheureusement, que les conclusions nécessaires n'ont pas été tirées.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (janvier 2018) (51)

    Lire aussi:

    Un porte-avions US au Vietnam, une première depuis 40 ans
    National Interest: les USA préparent un «cadeau» à la Chine en 2018
    Un porte-avions US en visite au Vietnam, une première depuis 1975. Doit-on s’en étonner?
    Tags:
    guerre, Vietnam, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik