Ecoutez Radio Sputnik
    armée US

    En réarmant l’Inde, les USA viseraient la Chine et la Russie

    © Sputnik . Stringer
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (février 2018) (59)
    15017

    Washington a inscrit sur ses listes noires trois Pakistanais liés au terrorisme, tout en renforçant ses livraisons de matériel militaire vers l’Inde pour attirer ce pays dans son camp.

    Le ministère américain des Finances a introduit des sanctions contre trois individus considérés comme «terroristes internationaux», qui levaient des fonds pour des groupes extrémistes. Ces mesures ont été adoptées deux semaines après l'inscription sur liste noire d'encore six personnes accusées de soutenir les Talibans et le réseau Haqqani, responsable d'attentats au Pakistan et en Afghanistan. Islamabad nie avoir abrité ces djihadistes. L'analyse du quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Washington renforce la pression sur son allié de l'époque de la Guerre froide. Les États-Unis ont notamment annoncé que les islamistes soutenus par les services de renseignement pakistanais avaient attaqué les troupes américaines en Afghanistan.

    Parallèlement, les USA intensifient leurs livraisons de matériel militaire vers l'Inde. Ce pays devrait recevoir un nouveau lot d'avions de renseignement P-8 spécialisés dans le dépistage de sous-marins. Dans le domaine politique, Washington intensifie ses négociations avec l'Inde, le Japon et l'Australie afin de former une quasi-alliance quadripartite dont l'objectif serait de freiner l'expansion militaire et économique de la Chine en Asie.

    «L'ennemi de mon ennemi est mon ami»: telle est visiblement la logique derrière cette volonté des États-Unis d'attirer l'Inde dans son camp, estime CNN. L'avantage pour l'Inde est évident: elle pourrait bénéficier du soutien d'une puissance très forte et renforcer ses capacités en matière de sécurisation des itinéraires maritimes de la flotte indienne de commerce, qui assure deux tiers de ses échanges extérieurs.

    Il est donc peu étonnant que le Pakistan recherche de nouveaux partenaires stratégiques. Selon Viatcheslav Belokrenitski, directeur adjoint de l'Institut des études orientales de l'Académie des sciences de Russie, «Islamabad voudrait que la Russie soit ce partenaire. L'intensification des contacts russo-pakistanais est notamment confirmée par le fait que les deux pays devraient organiser en 2018 de nouvelles manœuvres antiterroristes sur le territoire russe. Le Pakistan a également acheté plusieurs hélicoptères russes et voudrait acquérir d'autres équipements militaires».

    Le problème est que la Russie ne veut pas perdre l'Inde en soutenant le Pakistan: c'est ce qui explique pourquoi leurs relations se développent sans aucune percée majeure. Pour le Pakistan, les relations avec la Russie jouent un rôle secondaire, bien que l'opinion publique pakistanaise soit très favorable envers Moscou. Pékin reste le partenaire principal d'Islamabad, qui ne veut pas non plus rompre ses rapports avec Washington car ils sont trop importants.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (février 2018) (59)

    Lire aussi:

    Le Pakistan prêt à utiliser l'arme nucléaire contre l'Inde?
    Washington pousse Islamabad à se chercher un nouvel allié
    Trump pousse le Pakistan à s'allier avec Pékin et Moscou
    Tags:
    Russie, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik