Ecoutez Radio Sputnik
    Missile intercontinental russe Sarmat

    Washington et Moscou «échangent» des frappes de missiles

    Ministère de la Défense
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (avril 2018) (46)
    3610010

    La confrontation entre la Russie et l'Occident, qui s'est intensifiée suite à l'«affaire Skripal», prend peu à peu la forme d'une véritable guerre froide dont certains refusent encore de reconnaître les signes.

    La «bataille» se déroule sur tous les fronts: économique avec les sanctions et les contremesures, diplomatique avec les expulsions réciproques de diplomates et la fermeture d'établissements consulaires, et militaire — on brandit comme à l'habitude la menace des «bâtons nucléaires» et d'un échange de frappes de missiles. Heureusement, pour l'instant, seulement d'entraînement et de démonstration, écrit lundi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    En début de semaine dernière, le président américain Donald Trump, qui s'est dit d'accord avec les affirmations de Londres concernant l'implication de la Russie dans l'empoisonnement du traître et ex-agent russe Sergueï Skripal, de sa fille Ioulia et, soulignent les Occidentaux, d'un policier britannique, a ordonné l'expulsion des USA de 60 diplomates russes — 48 collaborateurs de l'ambassade et 12 personnes de la mission russe à l'Onu — et de fermer le consulat général de Russie à Seattle.

    Les diplomates russes avaient sept jours pour quitter le territoire américain. Et, manifestement «pour la route» et pour appuyer la position antirusse intransigeante de la Maison blanche, le jour même, le 26 mars, le sous-marin nucléaire stratégique américain USS Nebraska (SSBN 739) de classe Ohio a lancé deux missiles balistiques intercontinentaux Trident II D5.

    Il s'agissait du 28e essai organisé dans le cadre du programme d'élaboration et de perfectionnement du système d'armements stratégiques de la marine américaine, et ces lancements de Trident étaient les 166e et 167e essais réussis de ce missile mis en service en 1989.

    La réaction de Moscou ne s'est pas fait attendre.

    Premièrement, la Russie a expulsé 60 diplomates américains et a également retiré son accord au fonctionnement du consulat général américain à Saint-Pétersbourg. Sachant que le ministère russe des Affaires étrangères a adopté une approche originale: il a lancé sur Twitter un concours parmi les abonnés pour savoir quel consulat général devait être fermé: celui de Vladivostok (18%), d'Ekaterinbourg (35%) ou de Saint-Pétersbourg (47%). C'est ainsi que de manière tout à fait démocratique, les représailles ont frappé le site diplomatique de Saint-Pétersbourg. 57.526 personnes ont participé au vote.

    Deuxièmement, selon sa méthode symétrique également à la mode, Moscou a organisé le 30 mars dernier, sur le cosmodrome de Plessetsk, un nouvel essai du missile intercontinental lourd à combustible liquide de nouvelle génération RS-28 Sarmat.

    Ce dernier est censé remplacer son prédécesseur de même classe R-32M2 Voevoda mis en service dans les Forces de missiles stratégiques il y a exactement 30 ans. La production en série de missiles Sarmat devrait commencer en 2020, et l'an prochain sera opérationnel le premier régiment doté de ce système stratégique nucléaire.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (avril 2018) (46)

    Lire aussi:

    Affaire Skripal: Lavrov annonce la riposte russe
    Le Consulat US à Saint-Pétersbourg ferme définitivement ses portes (vidéo)
    Le drapeau américain retiré du consulat US à Saint-Pétersbourg
    Tags:
    frappes, missiles, Sergueï Skripal, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik