Ecoutez Radio Sputnik
    Antidopage

    Dopage: la Russie transmet à l'AMA les preuves du mensonge de Rodtchenkov

    © Sputnik . Alexandr Vilf
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (35)
    3152

    Le Comité d'enquête russe a envoyé à l'Agence mondiale antidopage (AMA) des informations qui réfutent la «déposition mensongère» de l'informateur Grigori Rodtchenkov sur le dopage dans le sport russe.

    Le Comité d'enquête prouve notamment que lors des JO de Sotchi, le chimiste fugitif n'avait aucun moyen de remplacer les échantillons des Russes pendant la nuit.

    Le chimiste Rodtchenkov, qui a fui aux USA en 2016, est l'ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou. Il affirme avoir aidé les athlètes à contourner les contrôles, notamment pendant les JO d'hiver de Sotchi 2014, écrit vendredi 11 mai le site d'information Gazeta.ru.

    Après ces révélations, le Comité d'enquête a ouvert une affaire pénale contre lui pour abus de fonctions ayant entraîné de lourdes conséquences. Après sa fuite, Rodtchenkov a également été accusé d'obstruction à l'enquête.

    Cette seconde enquête a été ouverte à cause de la coopération active de Rodtchenkov avec l'AMA en tant qu'informateur, à qui l'ex-directeur du laboratoire de Moscou affirme avoir trompé les organes antidopage sur directive de l'État. Il a également rapporté à l'Agence qu'en Russie existerait «un système organisé de soutien au dopage».

    Cette déposition a entraîné des sanctions contre le sport russe. Parallèlement, Rodtchenkov refusait de se présenter pour témoigner sous serment devant la justice russe car il «craignait pour sa vie».

    Au final, le Comité d'enquête a réuni toutes les informations nécessaires sans la déposition du chimiste fugitif. Sa porte-parole Svetlana Petrenko a annoncé sur le site officiel du Comité avoir rassemblé des «preuves objectives réfutant la déposition mensongère de Rodtchenkov sur le transport d'échantillons des sportifs au laboratoire antidopage de Sotchi, leur stockage et la substitution de la matière biologique par l'ouverture des récipients la nuit».

    Les enquêteurs ont analysé le suivi du déplacement des analyses des athlètes russes et ont conclu que les échantillons se trouvaient dans le laboratoire la journée et étaient presque immédiatement transmis pour expertise — l'attente était inférieure à deux heures.

    Ainsi, les analyses ne pouvaient pas être conservés intactes jusqu'à la nuit et, par conséquent, Rodtchenkov n'avait ni le temps ni la possibilité de les remplacer. Toutes les dépositions sur les déplacements des analyses ont été tirées des propos des collaborateurs du laboratoire de Sotchi qui travaillaient avec le chimiste fugitif.

    Le Comité d'enquête a envoyé toutes les informations qu'il a réunies à l'AMA. Le dernier paragraphe du communiqué officiel du Comité souligne qu'il reste disposé à coopérer avec les organismes étrangers compétents, le Comité international olympique (CIO) et l'AMA.

    37 des 43 Russes accusés ont déjà déposé plainte contre leur élimination des Jeux et le retrait de leurs médailles des JO de Sotchi 2014 au Tribunal arbitral du sport (TAS). En février 2018, le tribunal a reconnu les preuves de Rodtchenkov comme insuffisantes pour des sanctions aussi sévères: dans 28 cas il a entièrement disculpé les athlètes et dans 11 autres il a levé l'interdiction à vie de participer aux JO.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (35)

    Lire aussi:

    Poutine: la Russie n’a jamais eu un système de dopage institutionnalisé
    «La décision du CIO n'affectera pas la préparation de la Coupe du monde», selon la FIFA
    Dopage aux JO de Sotchi: «Sanctionner toute la Russie est inapproprié»
    Tags:
    mensonge, enquête, dopage, Agence mondiale antidopage (AMA), Grigori Rodtchenkov, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik