Ecoutez Radio Sputnik
    Gaza

    Massacre dans la bande de Gaza: ce qui cloche dans le plan de Trump

    © REUTERS / Ibraheem Abu Mustafa
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (41)
    18436

    Donald Trump a transformé la cérémonie d'ouverture de l'ambassade des USA à Jérusalem en véritable spectacle, écrit mardi 15 mai le site d'information Gazeta.ru. Mais les Palestiniens ont contrarié ses plans.

    L'Onu a condamné les agissements de l'armée israélienne qui a ouvert le feu contre la foule lundi, rappelle Gazeta.ru. Le 14 mai, des milliers de Palestiniens ont tenté une nouvelle fois de percer le blocus israélien de la bande de Gaza en utilisant des pierres, des cocktails Molotov, des pneus en feu et d'autres moyens improvisés.

    Les médias américains ont jugé que ces affrontements étaient les plus violents depuis l'opération menée en 2014 par Tsahal dans la bande de Gaza.

    Benjamin Netanyahu a balayé les accusations d'agression disproportionnée. Selon lui, Tsahal a le droit de se défendre contre le mouvement palestinien radical Hamas dont les combattants ont aggravé la situation selon les autorités israéliennes.

    Jared Kushner, considéré comme le principal architecte de la stratégie moyen-orientale des USA, a exprimé une position plus concrète à ce sujet pendant la cérémonie à Jérusalem. «A en juger par les protestations de ces derniers mois et même d'aujourd'hui, il est clair que les gens qui provoquent la violence font partie du problème et non de la solution», a-t-il déclaré.

    En d'autres termes, les forces palestiniennes qui soutiennent les protestations sont automatiquement exclues du processus de paix au Proche-Orient.

    La chaîne américaine CNN remarque que «les événements à Jérusalem et à Gaza ont souligné l'ampleur de la mission fixée au gendre de Donald Trump et des problèmes auxquels ses initiatives sont confrontées».

    C'est en effet Jared Kushner qui a pour mission de trouver une nouvelle solution efficace du conflit israélo-palestinien pour Trump.

    «La cérémonie d'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem montre que le conflit israélo-palestinien passe au second plan», explique Alexeï Malachenko, directeur de recherche à l'Institut du dialogue des civilisations.

    «Reste à savoir si Trump avait prévu de faire coïncider la rupture de l'accord nucléaire avec l'Iran avec le déménagement de l'ambassade américaine à Jérusalem. C'est probablement une coïncidence. Néanmoins, il est évident que pour Trump, le conflit israélo-palestinien ne joue pas le même rôle qu'avant», conclut l'expert.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (41)

    Lire aussi:

    Washington contre le plan de Mahmoud Abbas pour le processus de paix au Proche-Orient
    Quelle «capitale» israélienne pour l'ambassade des USA?
    Le «Deal du siècle» américain serait soutenu par de «grands pays arabes»
    Tags:
    ambassade, Benjamin Netanyahu, Donald Trump, Gaza
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik