Ecoutez Radio Sputnik
    UE

    L'UE se dote de son propre état-major

    © REUTERS / Jon Nazca
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (73)
    12119

    Le Comité militaire de l'UE existe depuis longtemps, mais il a commencé à fonctionner comme un équivalent d'état-major général des armées européennes il y a près de six mois, quand l'UE a adopté sa Stratégie globale en matière de sécurité et de défense.

    Ce sont les aspects militaires de cette stratégie qui viennent d'être évoqués par les généraux de l'organisation. L'UE ne cache pas que la stratégie de défense de l'organisation a mis le cap sur une profonde intégration, écrit le quotidien Nezavissimaïa Gazeta. Elle suppose une coopération structurée permanente (CSP), une revue annuelle coordonnée de la défense, un programme européen de développement de l'industrie militaire et prévoit la mobilité militaire. La coopération UE-Otan, ainsi que la définition d'un budget militaire stable, sont évoquées séparément.

    Contrairement aux objectifs de l'Otan, où les États-Unis appellent les partenaires à augmenter leurs dépenses militaires, l'intégration militaire sous le drapeau de l'UE, au contraire, se fixe pour objectif de réduire les budgets militaires des pays membres.

    Selon le président du Parlement européen Antonio Tajani, «l'UE possède actuellement 28 armées qui font plus ou moins la même chose». Si elles s'unissaient pour ne former qu'une seule force commune, cela permettrait de «faire des économies significatives tout en étant plus actifs et forts sur la scène internationale».

    D'autres dirigeants de l'UE partagent ce point de vue, notamment le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini. Ils soulignent toutefois que dans leurs projets d'intégration du domaine de la défense, ils ne cherchent pas à se substituer à l'Otan. Les domaines de leur activité commune, selon le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, sont la «coopération dans le domaine de la mobilité militaire, de la cyberdéfense et de la lutte contre les menaces terroristes». Il faut noter qu'hormis les terroristes, leurs principaux ennemis sont la Russie et d'autres pays alliés. L'UE a soutenu les bombardements de la Syrie par les USA, la France et le Royaume-Uni.

    La mobilité militaire n'est pas mentionnée par hasard. Pendant la réunion des ministres de la Défense de l'UE à Sofia, Federica Mogherini a déclaré: «Nous nous fixons pour objectif d'assurer un déplacement ordonné et efficace des forces armées partout en Union européenne et en dehors, en éliminant les obstacles normatifs et procéduraux qui existent, ainsi qu'en renforçant les infrastructures de l'UE pour le transport du matériel militaire».

    «Du point de vue de l'organisation des éventuelles activités militaires et de différents exercices internationaux, cela paraît pragmatique et utile, estime le général Iouri Netkatchev, expert militaire. Au sein de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), la préparation administrative des manœuvres et le déplacement des troupes d'un pays dans un autre sont des procédures très bureaucratisées. Alors que l'UE et l'Otan veulent organiser ces déplacements selon le principe de l'espace Schengen. En fait, sans aucune concertation, des forces et l'aviation pourraient être envoyées de France ou d'Allemagne en une journée, voire en quelques heures, par exemple dans les pays baltes, près de la frontière russe. L'organisation précise que ces activités nécessitent un état-major général et un travail conjoint de spécialistes militaires des pays de l'UE.»

    D'après l'expert, un aspect important est lié au financement. A Sofia, Federica Mogherini a déclaré que d'ici juin seraient soumises des propositions pour créer un financement hors budget «du travail militaire, des opérations militaires, ainsi que du soutien des partenaires et la possibilité de financer l'équipement militaire des partenaires». L'UE souhaite créer un Fonds militaire européen pour organiser des activités en matière de sécurité et de défense.

    «En UE, la stratégie de défense fonctionne depuis seulement six mois, mais les pays ont déjà trouvé des points de développement commun de l'industrie militaire. La Commission européenne a déjà commencé le premier financement du projet pour l'analyse des futures tendances principales dans le domaine des technologies innovantes dans le secteur de la défense», explique le colonel Vladimir Popov, expert militaire.

    La militarisation de l'Europe est donc un fait accompli, selon le quotidien. Des projets militaro-économiques et organisationnels liés au renforcement du facteur militaire en UE sont déjà à l'étude. Ils complètent et renforcent les projets de l'Otan.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (73)

    Lire aussi:

    Dimension militaire de l'UE: les ambitions et la réalité
    Qui seront les victimes de l’empressement de l’UE à créer son armée?
    L’UE et le Canada augmenteront leurs dépenses militaires de 266 Mds USD
    Tags:
    défense, militaires, OTAN, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik