Ecoutez Radio Sputnik
    euro

    Pourquoi la crise européenne profite aux USA

    © Sputnik . Vladimir Trefilov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vestifinance.ru
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (73)
    242

    La crise politique en Italie s'est rapidement transformée en crise financière menaçant toute l'Europe. En quoi cette situation profite-t-elle aux États-Unis?

    La crise politique en Italie a littéralement surgi de nulle part, puis a été relayée par les médias occidentaux, écrit jeudi le site d'information Vestifinance.ru. La situation était attisée tous les jours avec l'aide des spéculateurs, et des ventes massives ont commencé sur le marché italien de la dette.

    Comme c'est souvent le cas, les problèmes de l'Italie ont fait remonter à la surface ceux d'autres pays, notamment de l'Espagne et du Portugal. La crise européenne se déroule pratiquement toujours de la même manière: on trouve d'abord un prétexte politique, puis vient l'effondrement sur le marché de la dette, suivi par les banques qui détiennent énormément d'obligations…

    Nous avons vu ce scénario se dérouler plusieurs fois. Quelles que soient les explications proposées, dès que l'on prend un peu de perspective on perçoit une piste américaine. D'ailleurs, à de nombreux postes haut placés sur le Vieux Continent se trouvent précisément des protégés des USA, notamment Mario Draghi issu de Goldman Sachs.

    Les problèmes italiens sont rapidement devenus paneuropéens. Les indices boursiers du Vieux Continent sont «dans le rouge», les rendements affichent en permanence des hauts des bas. Peut-on déjà parler d'un effet domino?

    Quel est l'avantage du chaos en Europe pour les États-Unis?

    Pendant longtemps, les Américains ne parvenaient pas à réduire le rendement de leurs actifs. Il atteignait 2,6%, pour les obligations sur deux ans, et dépassait 3,1% pour les obligations sur dix ans. Compte tenu des plans grandioses du président américain Donald Trump et des dépenses budgétaires colossales financées avec de nouveaux emprunts, il devenait très problématique d'honorer la dette avec deux taux aussi élevés.

    En général, la diminution des rendements survient lors d'une panique sur les marchés: les investisseurs achètent les obligations du trésor. En février, nous avons assisté à un important fléchissement des marchés boursiers aux USA et dans le monde mais le rendement était resté à un niveau élevé avant de poursuivre sa hausse.

    Il fallait une menace plus grave, et la crise en Europe devenait un prétexte de plus en plus approprié.

    En cas d'effondrement des obligations des pays périphériques de la zone euro, les investisseurs n'avaient que deux solutions: soit investir dans les obligations allemandes à taux négatif, soit dans les obligations américaines à haut rendement.

    Le choix était évident — et les capitaux se sont dirigés vers les USA. Résultat des courses: le rendement des obligations sur 10 ans a diminué jusqu'à 2,8%, et sur deux ans jusqu'à 2,37%.

    Vu le montant des emprunts des États-Unis, ce changement de taux a une importance fondamentale, mais surtout: la tendance a été renversée et à présent la pression des vendeurs diminue.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mai 2018) (73)

    Lire aussi:

    Pourquoi la Russie retire-t-elle son argent de la dette publique américaine?
    La Chine réduit ses investissements dans la dette publique des USA
    La prochaine crise viendra des banques centrales
    Tags:
    crise, États-Unis, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik