Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)
682
S'abonner

En Europe, le moment de Dostoïevski est-il venu? Ou celui de Pouchkine? Se demande l’analyste de la revue américaine The Atlantic.

The Atlantic donne des exemples de citations d'écrivains russes faites par des leaders européens. Selon la revue, cela aide les responsables de l'UE à trouver des manières de se rapprocher de la Russie.

Lors de sa récente intervention dans le cadre du Forum économique de Saint-Pétersbourg, Emmanuel Macron a cité les propos de Fiodor Dostoïevski sur Alexandre Pouchkine, écrit mercredi 13 juin le site Gazeta.ru.

«Je suis convaincu que nos deux pays ont vocation et intérêt à définir, pour reprendre les termes de Dostoïevski dans son discours sur Pouchkine, "un vrai terrain de conciliation pour toutes les contradictions européennes"», a souligné le Président de la République. Et il n'est pas le seul à s'inspirer des écrivains russes.

Le nouveau Premier ministre italien Giuseppe Conte a également mentionné ce discours lors de son intervention devant le gouvernement.

Selon le poète Vladislav Vassioukhine, la volonté des leaders étrangers de citer les écrivains classiques russes au cours des rencontres avec les dirigeants russes constitue «probablement un geste de politesse, une tentative de faire bonne impression sur leur interlocuteur et d'exprimer leur respect envers la grande Russie».

Piotr Vlassov, vice-recteur de l'Université d'État de Moscou de la culture, estime quant à lui que la citation des classiques russes par les politiciens occidentaux revêt un certain sens politique: «Ils veulent montrer qu'ils ne s'opposent pas à la Russie, mais à sa politique. Il y a pourtant un certain élément de mise en scène».

Selon l'écrivain Edouard Topol, tant que la Russie suscitera de l'intérêt en Occident, sa littérature classique sera demandée par les grands de ce monde: «Comme la Russie ne permet pas aux représentants occidentaux de l'oublier un seul moment, ces derniers sont obligés de rechercher dans le passé les racines des bouleversements politiques et économiques qu'on constate chaque jour dans tous les domaines de la gestion du pays».

Aux États-Unis, Dostoïevski est l'un des écrivains principaux pour ceux qui étudient la Russie — des professeurs aux agents de renseignement. Pouchkine est considérablement moins connu des Américains.

«Il pourrait être un nom de marque excellent pour la Russie en Occident, car il présente une autre Russie qui est ouverte et aspire à la liberté», estime le traducteur Henry Lowenfeld.

Les politiciens européens connaissent mieux le célèbre poète russe.

Ainsi, Jacques Chirac, l'un des prédécesseurs d'Emmanuel Macron, aimait bien les œuvres de Pouchkine et avait même traduit Eugène Onéguine dans sa jeunesse.

Dans une interview accordée au magazine Expert, l'économiste français Jacques Attali a, de son côté, considéré les écrivains classiques russes comme de «véritables européens».

Aujourd'hui, la littérature russe pourrait devenir un élément du soft power de Moscou, mais les œuvres des écrivains russes occupent une place très modeste dans les librairies américaines — sans compter Vladimir Nabokov que les Américains considèrent comme «leur» auteur.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Tags:
littérature, poète, Eugène Onéguine, Edouard Topol, Vladimir Nabokov, Alexandre Pouchkine, Fiodor Dostoïevski, Occident, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook