Ecoutez Radio Sputnik
    La Pologne s'obstine à réclamer une base militaire US sur son sol

    La Pologne s'obstine à réclamer une base militaire US sur son sol

    © AP Photo / Alik Keplicz
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)
    12524

    Varsovie a proposé d'étudier la possibilité de déployer un centre de commandement de l'Otan sur le territoire polonais. Mais avant la réunion des ministres de la Défense de l'Otan, la Pologne a surpris et même confus ses alliés en proposant d'installer sur son territoire une base militaire permanente des USA.

    La Pologne persiste à réclamer une base militaire US sur son sol tout en proposant de créer l'infrastructure nécessaire pour garantir des conditions de vie confortables aux proches des soldats américains — hôpitaux, écoles, salles de sport, etc. Le ministère de la Défense s'est dit prêt à allouer 2 milliards de dollars à ces fins, écrit lundi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Le ministère de la Défense a expliqué la «nécessité insistante de déployer à titre permanent une division militaire des USA en Pologne» par les «activités visant à approfondir la coopération militaire avec les USA, notamment l'accroissement de la présence des forces américaines en Pologne».

    Cependant, il y a également des explications géopolitiques au déploiement permanent d'une division blindée américaine: «Le refrènement de la position durcie et dangereuse de la Russie, qui menace l'Europe». Ce qui serait non seulement dans l'intérêt de la Pologne qui cherche à garantir la sécurité sur fond de «menace russe», mais correspond également à la doctrine nationale de défense des États-Unis qui considère «l'agression de la Russie comme la principale menace pour les USA et la stabilité mondiale».

    D'après le représentant permanent de la Russie auprès de l'UE Vladimir Tchijov, la proposition de Varsovie, tout comme l'aspiration à qualifier de «front» les pays d'Europe de l'Est, entraîne une hausse de la tension dans cette «région de plus en plus sensible». «Cette partie de l'Europe autour de la mer Baltique est la plus calme depuis plusieurs années… Apparemment, tout le monde n'apprécie pas cet état de fait», déclare le diplomate russe. C'est également l'avis du général Ben Hodges, ancien commandant des forces armées américaines en Europe, qui a laissé entendre que le déploiement d'une base américaine permanente en Pologne enfreindrait l'unité de l'Otan et renforcerait la tension dans les relations déjà difficiles avec la Russie.

    A la veille de la réunion à Bruxelles, la représente permanente des USA auprès de l'Otan Kay Bailey Hutchison a refroidi les ardeurs de Varsovie en notant, dans une interview sur une radio polonaise, que Washington n'étudiait pas la question de la présence permanente de forces américaines en Pologne. Mais le ministre polonais de la Défense Mariusz Blaszczak a insisté: «J'ai l'impression que madame l'ambassadrice a été mal comprise ou ne connaît pas très bien le thème de nos négociations avec les partenaires américains. Je me suis déjà rendu deux fois à Washington, même si je suis ministre seulement depuis le 9 janvier 2018. J'ai rencontré les conseillers du président américain Donald Trump pour la sécurité nationale et le secrétaire à la Défense James Mattis. Un certain processus a commencé. Et je ferai tout pour garantir la sécurité de la Pologne et des Polonais.»

    Concernant les plans de renforcer l'Otan sur le flanc Est, notamment en Pologne, le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg a déclaré que des forces alliées, en particulier des USA, se trouvaient déjà dans la région, et qu'à l'heure actuelle l'Otan ne prévoyait pas d'élargir significativement cette présence. Tout en précisant que la réforme de la structure du commandement de toute l'Otan, qui se poursuit, avançait davantage vers l'élargissement des capacités de réaction rapide.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)

    Lire aussi:

    L’Iran «paiera un prix que personne n’a jamais payé» s’il attaque les USA, promet Trump
    L'Iran a «confisqué» un pétrolier britannique, des Russes sont à bord - images
    L'Iran publie une vidéo pour contrer les preuves que les USA prétendent avoir quant à la destruction d'un drone
    Tags:
    base militaire, Pologne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik