Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants en Espagne. Photo d'archive

    Comment la crise migratoire contribue à la chute de la gauche en Europe

    © REUTERS / Jon Nazca
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vestifinance.ru
    Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)
    453

    Les forces de gauche traditionnelles sont menacées d'extinction en Europe selon Michael Bröning, chef du département Analyse de la politique internationale de la fondation Friedrich Erbert.

    En moins de deux ans, les partis sociaux-démocrates du continent ont essuyé des défaites historiques en France, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Italie, écrit jeudi 21 juin le site d'information Vestifinance.ru.

    Dans un article publié par le site Project Syndicate, l'expert souligne que sur le continent européen, où la vie politique est déterminée depuis des décennies par la concurrence démocratique entre les partis de centre-droit et de centre-gauche, la chute de la gauche pourrait être lourde de conséquences dépassant le cadre des intérêts partisans:

    «Plusieurs facteurs ont causé le déclin de la gauche, et notamment la disparition de la classe ouvrière traditionnelle. Mais l'une des principales raisons est tout aussi sinistre que simple: les électeurs européens s'opposent de plus en plus à l'immigration et ne croient pas que la gauche est capable de la dompter», explique-t-il.

    Confrontés à une vague sans précédent de réfugiés et de migrants, notamment du Moyen-Orient et d'Afrique, les électeurs européens ont transformé la récente série d'élections en une sorte de référendum sur l'immigration, selon Michael Bröning. Les mouvements populistes de droite nationaliste ont habilement joué sur les peurs des électeurs de la classe ouvrière en les persuadant que les partis travaillistes traditionnels comptaient permettre aux immigrés de séjourner pratiquement sans restrictions sur le territoire de leur pays, d'après l'expert.

    L'une après l'autre, les défaites douloureuses ont forcé les partis de centre-gauche à prendre conscience du fait que les électeurs étaient préoccupés avant tout par l'immigration et qu'il était impossible de détourner leur attention avec des appels à la justice, aussi fondés soient-ils. Au final, partout en Europe, les partis de centre-gauche ont commencé à changer leur ligne: dans plusieurs pays-clés, les sociaux-démocrates font évoluer leur position historique vis-à-vis de la migration, souligne Michael Bröning.

    En même temps, un changement trop brusque pourrait s'avérer destructeur pour ces partis en difficulté, qui ne peuvent pas reprendre telles quelles les recettes nationalistes dures de l'extrême-droite.

    Le centre-gauche de l'Europe doit trouver un équilibre entre la solidarité nationale et internationale en utilisant une triple stratégie: la limitation efficace de l'immigration, l'attention portée à l'intégration, et l'activité humanitaire pour soulager les souffrances humaines massives. Cette approche permettra d'éviter une rhétorique provocatrice et de proposer plutôt des solutions réelles, à long terme et moralement cohérentes qui, sans être populistes, pourraient parfaitement devenir populaires.

    «C'est précisément l'approche choisie par Justin Trudeau et Emmanuel Macron, selon l'expert. Les partis de centre-gauche européens qui rencontrent des difficultés doivent suivre leur exemple pour reconnaître qu'un tel repositionnement pourrait tout à fait être la clé de leur survie politique.»

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juin 2018) (61)

    Lire aussi:

    Quand une partie de la gauche européenne tourne le dos à l’immigration massive
    La nomination d’Édouard Philippe: «un choix cohérent, mais risqué»
    Sondages: les Français étrillent «Jupiter»
    Tags:
    partis politiques, gauche, Justin Trudeau, Europe, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik