Ecoutez Radio Sputnik
    missile intercontinental russe Sarmat

    De nouveaux essais du futur missile intercontinental russe sont en préparation

    © Photo. Ministère de la Défense
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (juillet 2018) (69)
    4251

    Le ministère russe de la Défense a terminé une série d'essais de lancement du missile intercontinental à combustible liquide RS-28 Sarmat.

    Les spécialistes ont presque fini d'analyser les informations obtenues durant les trois lancements de test du missile intercontinental Sarmat depuis le polygone de Plessetsk, ce qui permettra d'entamer les essais de vol dès cette année, puis de procéder à la mise en circulation officielle de cet armement,  écrit mercredi 18 juillet le quotidien Kommersant.

    Les résultats de ces processus détermineront les délais de déploiement du nouveau missile, dont Vladimir Poutine avait annoncé la mise en service en 2020.

    «Tous les essais ont été réussis, le programme d'essais a été accompli à part entière, indique une source au quotidien Kommersant. L'analyse des solutions de construction et techniques du missile intercontinental a satisfait le commandement des Forces de missiles stratégiques russes (RVSN) et la direction de l'industrie balistique». Mais aucun commentaire officiel n'a encore été fait.

    En dépit des difficultés rencontrées durant la phase de production (les essais devaient initialement commencer en 2016), ce projet restait l'un des plus prometteurs pour préserver la «parité stratégique nucléaire» avec les États-Unis.

    Le premier des essais de lancement, pour vérifier le fonctionnement de l'accélérateur à poudre propulsant le missile du silo à environ 30 mètres et le démarrage du premier étage de propulsion du missile, a eu lieu le 25 décembre 2017. Fin mars et fin mai, deux autres lancements ont été effectués à Plessetsk, qui ont clos la première partie du programme d'essai.

    Dans les mois qui ont suivi, les spécialistes ont procédé au recueil et à l'analyse des informations sur le comportement du missile après sa sortie du vecteur, ainsi que l'exactitude de toutes les opérations précédant le départ (par exemple, le chargement du missile dans le silo et son plein de carburant).

    Selon une source militaire, les résultats de ces lancements permettent aux spécialistes de passer à l'étape des essais de vol, qui devraient commencer cette année. Les militaires devront réaliser encore au moins cinq lancements. Les premiers se dérouleront avec une maquette d'ogive grâce à laquelle les experts analyseront le comportement des moteurs des trois étages du missile intercontinental et de ses systèmes et équipements (par le recueil des informations télémétriques). C'est seulement ensuite qu'ils évalueront ses capacités offensives.

    Pendant sa dernière «ligne directe», le Président russe avait annoncé la mise en service d'un nouveau missile intercontinental lourd à combustible liquide en 2020. Les sources de l'industrie et du ministère de la Défense affirment que tout est fait pour atteindre cet objectif, mais reconnaissent que tout dépendra des essais de vol. Par ailleurs, ils ne jugent pas critiques les éventuels retards dans l'achèvement du projet de RS-28 pour les RVSN, parce que ces forces disposent déjà de trois complexes stratégiques mobiles (Topol, Topol-M et Iars) et quatre complexes à silo (RS-18, RS-20, Topol-M et Iars). Pour les USA, un seul type de missile intercontinental, le Minuteman III, suffit à maintenir la parité nucléaire.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juillet 2018) (69)

    Lire aussi:

    Plongée dans les essais du futur missile nucléaire russe Sarmat
    Le nouveau système russe de missiles nucléaires Yars en huit points
    L'Armée russe révèle le nombre de ses missiles balistiques
    Tags:
    essais, missiles intercontinentaux, RS-28 Sarmat (missile lourd), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik